Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Articles avec #revues de presse

Air France prépare un plan CHOC de reconstruction

23 Avril 2020, 08:40am

Publié par La tribune

Voir les commentaires

Quelques informations sur les compagnies aériennes

21 Avril 2020, 08:01am

Publié par Divers

Air journal 

Eurocontrol a diffusé deux tableaux qui résument l’impact de la pandémie de coronavirus : le classement des compagnies aériennes par nombre d’avions cloués au sol (Ryanair « l’emporte ») et celui des aéroports ayant accueilli le plus grand nombre de vols samedi – dominé par francfort avec 210…

Côté flottes immobilisées, ce « palmarès » est sans surprise dominé par la low cost Ryanair avec plus de 300 avions au sol, devant Lufthansa et Turkish Airlines, Air France est quatrième dans cette liste, mais avec le plus grand nombre de gros-porteurs utilisés, devant British Airways, easyJet (en Grande Bretagne), SAS Scandinavian, easyJet Europe et TAP Air Portugal. Les places 11 à 20 sont occupées par KLM, Jet2, Wizz Air, Austrian Airlines, Pegasus, Vueling, SWISS, NetJets (avions privés), Iberia, Norwegian et Finnair.

 

Le trafic dans les aéroports européens est aussi réduit à la portion congrue en raison de la crise sanitaire. le samedi 18 avril 2020 selon Eurocontrol, 210 vols ont été enregistrés à Francfort, ce qui représentait 9% de son trafic habituel, tandis qu’Amsterdam-Schiphol prenait la deuxième place (160 vols, 7%) devant Londres-Heathrow (135, 6%) et Paris-CDG (109, 5%). Venaient ensuite Istanbul (69 vols), Milan-Malpensa, Leipzig-Halle, Madrid, Tel Aviv et Rome ; les places 10 à 15 étaient occupées par Oslo, Zurich, Dublin, East Midlands et Helsinki. Munich occupait la 16eme place (40 vols) juste devant Bruxelles, Luxembourg, Londres-Stansted et Cologne-Bonn.

 

Voir les commentaires

Industrie : L’Etat débloque 20 Milliards pour renflouer une vingtaine d’entreprises

20 Avril 2020, 13:25pm

Publié par Humanite.fr – 14 Avril 2020

Un compte d’affectation spécial a été provisionné pour monter au capital de certaines entreprises industrielles en grande difficulté, au premier rang desquelles Air France-KLM.

 

La liste confidentielle a été transmise à l’Élysée par Bruno Le Maire. Y figure les noms d’une vingtaine d’ « entreprises industrielles qui devront être soutenues par l’État », précisait, il y a quelques jours, le ministre de l’Économie. Doté – pour l’heure – de 20 milliards d’euros, un compte d’affectation spécial de l’État a été mis en place, afin de « pouvoir soutenir en capital toutes les entreprises qui pourraient en avoir besoin, publiques ou privées », détaille Bruno Le Maire.

 

Aux côtés des constructeurs automobiles Renault et PSA, Air France-KLM devrait en toute logique figurer en bonne place sur cette liste. Détenteur de 14,3 % des parts de la compagnie aérienne, l’État français projetterait, selon certaines estimations, de verser 4 milliards d’euros pour renflouer la trésorerie du groupe.

 

Bercy n’exclut plus la nationalisation

 

Avec plus de 95 % de ses appareils cloués au sol et des secteurs entiers où le chômage partiel concerne 100 % des effectifs, Air France se prépare à affronter une crise de long terme. « La question du redémarrage de nos activités est tout à fait liée au type de déconfinement pour lequel les autorités vont opter, et pas seulement en France », explique Karine Monségu, cosecrétaire CGT Air France. « Si l’Espagne ferme ses frontières durablement, si les États-Unis prennent des mesures drastiques et si, en France, le déconfinement est régional, nous ne pourrons pas voler », poursuit la syndicaliste, qui rappelle que « la reprise de l’activité conditionne le maintien des 45 000 emplois de la compagnie ». Bruno Le Maire l’a déjà indiqué, la nationalisation serait « le dernier recours ». Mais désormais, Bercy ne l’exclut plus. Quoi qu’il en soit, la CGT alerte sur les risques de contreparties sociales lourdes (PSE, préemption des jours de RTT, de congés payés…). Le conseil d’administration du groupe, prévu le 5 mai, devrait préciser les choses, mais « les perspectives sont clairement mouvantes », poursuit Karine Monségu. Un retour à une activité normale pourrait prendre entre trois et dix ans et, dans l’intervalle, la CGT craint que la direction n’en profite pour « tailler dans la masse salariale en mettant ça sur le dos de la pandémie ». L’orientation donnée par le secrétaire d’État aux Transports est d’ailleurs loin d’être rassurante. « Je crois qu’il doit être donné à la direction en place (…) toutes les armes (pour) mener la stratégie de reconquête », a ainsi déclaré, lors de son audition au Sénat, Jean-Baptiste Djebbari. La CGT, qui plaide pour une nationalisation de la compagnie, dénonce des discussions en catimini. « Nous sommes tenus à l’écart, note Karine Monségu. En interne, les institutions représentatives du personnel (IRP) dysfonctionnent totalement et ce, alors même que les salariés, qui continuent chaque jour d’assurer les quelques liaisons maintenues et les vols cargos, ne sont pas tous protégés. »

 

Voir les commentaires

ADP : trafic en baisse de 58,5% en mars dans les aéroports parisiens

20 Avril 2020, 13:23pm

Publié par Air-Journal.fr – 18 Avril 2020

Le gestionnaire aéroportuaire Groupe ADP (Aéroports de Paris) a annoncé un trafic des aéroports parisiens en baisse de 58,5 % en mars 2020 par rapport au mois de mars 2019, avec 3,6 millions de passagers accueillis, dont 2,5 millions à Paris-Charles de Gaulle (- 58,5 %) et 1,1 million à Paris-Orly (- 58,7 %).

 

À Paris-Charles de Gaulle, depuis le 30 mars 2020, seuls les terminaux A, C, 2E Hall K et 2F sont ouverts afin d’opérer l’ensemble des vols commerciaux. À Paris-Orly, le trafic commercial y est suspendu temporairement depuis le 1er avril 2020.

 

En mars 2020, le trafic international (hors Europe) est en recul (- 52,6 %) du fait d’une décroissance sur les faisceaux suivants : Asie-Pacifique (- 69,7 %), Moyen-Orient (- 56,3 %), Amérique du Nord (- 55,2 %), Afrique (- 50,1 %), Amérique Latine  (- 39,9 %)  et DOM-COM (- 34,6 %).

 

Le trafic Europe (hors France) est en diminution de 64,4 % et le trafic France est en décroissance de 58,3 %. Le nombre de passagers en correspondance est en recul de 53,7 %. Le taux de correspondance dans les aéroports parisiens s’est établi à 27,3 %, en hausse de 3,5 points par rapport à mars 2019.

 

Depuis le début de l’année, le trafic des aéroports parisiens est en diminution de 20,9 % avec un total de 18,8 millions de passagers. Le nombre de passagers en correspondance à est en diminution de 19,3 %. Le taux de correspondance s’établit à 25,4 %, en hausse de 0,7 point.

 

S’agissant des aéroports du Groupe ADP à l’international, seulement trois aéroports de la filiale TAV Airports sont encore ouverts aux vols commerciaux, et ceci partiellement (Ankara, Antalya et Izmir). Les autres aéroports du groupe, à l’exception de l’aéroport de Liège, sont soit fermés soit soumis à des fortes contraintes opérationnelles.

Voir les commentaires

ADP: le trafic passagers de Paris Aéroport a chuté de 58,5% en mars, avril sera pire

16 Avril 2020, 07:09am

Publié par Les Echos Investir – 15/04/2020

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le concessionnaire des aéroports de Roissy-CDG et Orly, Groupe ADP, a annoncé mercredi que son trafic à Paris avait chuté de 58,5% sous l'effet de la crise sanitaire du Covid-19 en mars par rapport à la même période un an plus tôt, avec 3,6 millions de passagers.

L'aéroport de Paris-Charles de Gaulle a enregistré une féquentation de 2,5 millions de passagers, en recul de 58,5% par rapport à mars 2019, tandis que le trafic est tombé à 1,1 million de passagers à Paris-Orly, en baisse de 58,7%.

De plus, "entre le 1er et le 14 avril 2020, la baisse estimée du trafic passagers et du nombre de mouvements d'avions s'est accélérée sur les plates-formes parisiennes, avec des [baisses] respectives estimées de 98% et de 93,8%", a indiqué le groupe dans un communiqué.

A Paris-Charles de Gaulle, depuis le 30 mars 2020, seuls les terminaux A, C, 2E Hall K et 2F sont ouverts afin d'opérer l'ensemble des vols commerciaux. Le trafic commercial à Paris-Orly est suspendu temporairement depuis le 1er avril 2020.

En mars, le trafic international (hors Europe) de Paris Aéroport a reculé de 52,6%, le trafic Europe (hors France) a chuté de 64,4%, tandis que le trafic France a diminué de 58,3%.

Sur l'ensemble du premier trimestre, le trafic dans les aéroports parisiens a reculé de 20,9% par rapport à la même période de l'exercice précédent, avec un total de 18,8 millions de passagers transportés.

Le trafic de TAV Airports, dont ADP détient 46,1% du capital, a par ailleurs chuté 79% en mars et de 63,2% depuis le début de l'année. Le trafic de l'aéroport de Santiago du Chili, dont ADP détient 45% du capital, a reculé de 41,6% sur un mois et de 12,5% depuis le début de l'année. Le trafic d'Amman, dont ADP détient 51% du capital, a diminué de 63,1% en mars et de 21,1% depuis le début de l'année.

 

Voir les commentaires

Transport aérien : 65,5 millions d'emplois directs et indirects menacés dans le monde

10 Avril 2020, 10:12am

Publié par Tourmag du 08/04/2020

Dans sa conférence de ce mardi 7 avril, Alexandre de Juniac a dressé un constat catastrophique de la situation du transport aérien. Quelque 61 milliards de dollars pourraient disparaître des réserves de liquidités au cours du deuxième trimestre seulement. La demande est en chute libre. Dans le monde, il est en baisse de 70% par rapport à l'année dernière - 90% en Europe. Et cela pourrait même empirer. 25 millions d'emplois directs et indirects menacés dans le monde. Extraits.

Si les avions ne volent pas, la viabilité de bon nombre de ces emplois disparaît, a averti Alexandre de Juniac lors de la conférence de presse de l'IATA ce mardi sur le COVID-19. "Nous estimons qu'environ 25 millions d'emplois sont menacés jusqu'à ce que le secteur de l'aviation fonctionne à nouveau, a-t-il mis en garde.
25 millions de personnes équivaut à l'ensemble de la main-d'œuvre italienne et supérieur à la main-d'œuvre des principaux pays industrialisés comme l'Espagne ou le Canada. (...) Les gouvernements doivent accorder d'urgence une aide financière aux compagnies aériennes.

"Faire de la viabilité des compagnies aériennes une priorité..."

Nous continuons de demander aux gouvernements: (un) Soutien financier direct; (des) Prêts, garanties de prêts et soutien au marché des obligations de sociétés par le gouvernement ou les banques centrales, et Allégement fiscal. (...) Nous pensons que les gouvernements doivent faire de la viabilité des compagnies aériennes une priorité.
La vitesse est essentielle. Les compagnies aériennes disposent en moyenne de deux mois de liquidités. Et de nombreuses compagnies aériennes sont déjà dans la troisième semaine de fermetures majeures de leurs activités. (...) Les compagnies aériennes ont été largement fermées pendant quelques mois, le redémarrage est une chose compliquée. Les licences peuvent avoir expiré ou les dates d'audit de sécurité être passées. Les certificats de navigabilité peuvent ne plus être valides. Les avions auront besoin de quelques travaux de maintenance... (...)
Nous n'avons jamais fermé l'industrie à l'échelle mondiale auparavant. Ce sera donc une première pour une réouverture.(...)

Voir les commentaires

Fermeture des frontières jusqu'au 15 mai ?

9 Avril 2020, 14:00pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>