Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Articles avec #revues de presse

Interview de Daniel Bertone pour le Monde

9 Juillet 2020, 20:09pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Revue de presse

7 Juillet 2020, 10:25am

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Revue de presse

26 Juin 2020, 08:17am

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Air France voudrait supprimer de 8.000 à 10.000 emplois sans départ contraint

19 Juin 2020, 08:42am

Publié par Les Echos - 17/06/2020

 

Le plan de reconstruction d'Air France, qui sera dévoilé fin juin ou début juillet, devrait compter de 8.000 à 10.000 suppressions d'emplois, soit 15 % à 20 % des effectifs de groupe. Toutes les catégories de personnels sont concernées. Mais les départs s'effectueront sur la base du volontariat, avec des incitations financières.

 

 

Après British Airways, Lufthansa, Easyjet et presque toutes les compagnies aériennes européennes, Air France dévoilera bientôt le nombre d'emplois que le groupe prévoit de supprimer d'ici à 2022, pour s'adapter au « monde d'après ».

Le chiffre précis devrait être annoncé au plus tard début juillet, à l'issue de la phase de concertation avec les organisations syndicales, en même temps que la présentation du « plan de reconstruction » d'Air France, qui passe notamment par une refonte du réseau domestique . Mais selon nos informations, les réductions d'effectifs devraient se situer entre 8.000 et 10.000 emplois pour l'ensemble du groupe Air France, en incluant la filiale régionale Hop, sur un effectif total de 52.512 équivalents temps plein à fin 2019, dont 45.850 pour la compagnie Air France.

Les personnels au sol, premiers concernés

Toutes les grandes catégories de personnels d'Air France seront impactées. Environ la moitié des suppressions de postes, soit entre 4.000 à 6.000 emplois, concernera les personnels au sol, qui constituent aussi la catégorie la plus nombreuse, avec 34.413 salariés au niveau du groupe Air France et 30.427 pour Air France seule.

Au sein de la catégorie des « navigants », les personnels de cabine, hôtesses et stewards, perdraient de 2.000 à 2.500 emplois, sur un total de 15.461, dont 14.147 pour la compagnie Air France. Les pilotes d'Air France, au nombre de 4.217 chez Air France, devraient voir partir environ 400 collègues. Toutes catégories confondues, la filiale du groupe la plus impactée serait toutefois Hop, où près d'un millier d'emplois seraient menacés, sur un total de 2.751 salariés.

Moins que British Airways, autant que Lufthansa

Cette réduction de 15 % à 20 % des effectifs du groupe Air France, qui correspond à une baisse attendue de l'activité de 20 % en 2021 et de 10 % en 2022 comparé à 2019, se comparerait plutôt avantageusement aux chiffres annoncés par ses principaux concurrents.

Lufthansa a indiqué qu'il comptait supprimer 22.000 postes, soit près de 16 % des effectifs du groupe (qui inclut Swiss Austrian, et Brussels Airlines), dont la moitié en Allemagne. British Airways prévoit de supprimer 12.000 emplois, soit près de 30 % de ses effectifs, tout en imposant à ses salariés une révision à la baisse de leurs contrats de travail. Easyjet veut également supprimer 30 % de ses effectifs, soit 4.500 emplois.

3.800 départs naturels prévus d'ici à 2022

Surtout, les réductions d'effectifs d'Air France devraient essentiellement s'effectuer sur la base du volontariat, via des départs volontaires et des mutations acceptées, en évitant autant que possible les départs contraints. La compagnie devrait être aidée en cela par l'âge moyen assez élevé de ses personnels. En février dernier, le plan de gestion prévisionnel de l'emploi tablait ainsi sur 3.800 départs naturels d'ici à 2022. Mais Air France a également à sa disposition plusieurs outils pour inciter aux départs.

Pour les pilotes et les personnels de cabine, Air France prévoit de recourir à un nouvel outil : la rupture conventionnelle collective ( RCC ), qui permet aux salariés qui le souhaitent de bénéficier de conditions de départs spécifiques négociées dans le cadre d'un accord collectif. A savoir un chèque de départ plus important.

RCC chez les navigants…

Des négociations sont déjà engagées avec les représentants des pilotes et des personnels de cabine, qui devraient déboucher sur des accords entre fin juin et début juillet, pour une mise en application dès cet été. Le calcul de l'indemnité de RCC étant basé sur l'ancienneté, l'objectif est d'inciter les navigants les plus âgés, et qui sont aussi les plus hauts salaires, à anticiper un départ à la retraite ou une reconversion. Et ce dans le délai le plus bref possible. Tous les commandants de bord d'Airbus A380, dont les appareils sont retirés du service, pourront notamment en bénéficier.

… Et PDV pour les personnels au sol

Pour les personnels au sol, en revanche, Air France a donné la préférence à un outil plus classique, qui a déjà fait ses preuves dans le groupe : le plan de départs volontaires (PDV). Bien que plus lent à mettre en oeuvre, il permet de laisser le temps à l'entreprise de réorganiser les équipes et les méthodes de travail, ce qui sera plus particulièrement nécessaire pour les fonctions support. Ces différents PDV devraient être annoncés entre fin juin et début juillet, pour une mise en oeuvre jusqu'en 2021. Sous réserve que le gouvernement juge la copie acceptable et que les syndicats signent.

 

 

 

Voir les commentaires

Réouverture des frontières progressive

3 Juin 2020, 23:24pm

Publié par Air Journal – 2 Juin 2020

Le gouvernement tunisien a confirmé la réouverture des frontières le samedi 27 juin prochain, les vols intérieurs reprenant dès demain.

Après l’Espagne, l’Italie ou la Grèce entre autres, les frontières du pourtour méditerranéen continue de se rouvrir progressivement. Le chef du gouvernement Elyès Fakhfakh a confirmé le 1er juin 2020 que le pays, qui avait accueilli 9 millions de touristes l’année dernière, pourra commencer à les revoir à partir du 27 juin 2020, après plus de trois mois de fermeture des frontières en raison de la pandémie de Covid-19.

Il s’agit non seulement des frontières aériennes mais aussi de celles maritimes et terrestres, explique le gouvernement dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Le nombre d’aéroports rouverts pour la circonstance, en plus de Tunis-Carthage, n’a pas été précisé.

Plus de détails seront fournis mercredi sur les mesures sanitaires réservées aux voyageurs étrangers : dès demain, les Tunisiens de retour ne seront plus soumis qu’à une semaine de quarantaine en hôtel dédié (à leur frais), suivi par une deuxième semaine de « surveillance rigoureuse ». Depuis l’arrivée de Covid-19 en Tunisie, 1084 cas de contamination ont été recensés avec 48 décès (et seulement deux malades encore hospitalisés).

La compagnie aérienne Tunisair, qui poursuit ses vols de rapatriements au moins jusqu’au 15 juin, n’a pas commenté la nouvelle. Elle est probablement plus occupée à digérer la déclaration du ministre du Tourisme Anouar Maarouf, selon qui le gouvernement « n’accordera aucun soutien financier » à la compagnie nationale. Tunisair est selon lui en mesure de rétablir ses activités « grâce à un nouveau plan d’affaires qui repose sur les lignes les plus rentables, et peut-être d’annuler des lignes non rentables » ; et elle peut aussi « s’appuyer sur sa flotte actuelle et d’annuler ou de reporter l’achat de 5 nouveaux avions qui a été programmé, et de récupérer l’argent » des avances déjà payées « pour améliorer les équilibres financiers de l’entreprise »…

Voir les commentaires

Report de l'enquête publique sur le terminal 4 de Roissy-CDG

3 Juin 2020, 08:21am

Publié par Les Echos – 2 Juin 2020

L'enquête publique sur l'agrandissement de l'aéroport de Roissy-CDG avec la construction d'un nouveau terminal a été repoussée à l'automne par décision du gouvernement en raison de la crise sanitaire.

Le futur terminal 4 de l'aéroport de Roissy-CDG devrait permettre d'accueillir 40 millions de voyageurs supplémentaires par an d'ici à 2037, sur une surface totale doublée. A lui seul, il posséderait des dimensions comparables à l'aéroport d'Orly. Le titanesque chantier doit notamment permettre une augmentation de 40 % du trafic de l'aéroport (500 mouvements supplémentaires par jour et 37 % d'avions en plus). Mais la crise sanitaire est venue rebattre les cartes. Des élus et des associations ont demandé le report de l'enquête publique, prévue initialement en juin et juillet, tout comme Aéroports de Paris (ADP). Celle-ci a été repoussée jusqu'à l'automne prochain par décision du gouvernement en raison de l'épidémie.

 Projet contesté 

Au-delà, les pro et anti terminal 4 s'opposent sur l'existence même du projet . Audrey Boehly, cofondatrice du collectif « Non au T4 » se félicite du report de l'enquête publique, mais ne comprend pas « que le gouvernement et ADP continuent de s'accrocher » : « On ne peut qu'être surpris que ce projet soit maintenu malgré la crise actuelle. Quelle est l'urgence d'investir entre 7 et 9 milliards d'euros alors qu'il faudrait au contraire réduire notre empreinte carbone ? Sans parler des risques liés à la santé publique, avec l'exposition au bruit et à la pollution de l'air », explique-t-elle.

Le collectif cite également l'exemple du Danemark, qui vient de renoncer à l'extension de l'aéroport de Copenhague. « Le projet global d'aménagement de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle et du terminal 4 répond à un véritable besoin d'amélioration du fonctionnement de l'aéroport et du trafic aérien. Il ne se réduit pas à la construction d'un terminal supplémentaire », réplique Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe ADP. Avant de rappeler que le groupe avait organisé une concertation préalable de février à mai 2019. Et que dans la foulée, il avait annoncé prendre 29 engagements pour améliorer le projet.

Voir les commentaires

Infos du ciel : Wizzair, Lufthansa, Volotea, Norwegian, Aerolíneas Argentinas, Ryanair, Brussels airlines, etc.

3 Juin 2020, 08:17am

Publié par La Quotidienne.fr – 3 Juin 2020

Il y a déjà deux semaines, l’Argentine a informé ses créanciers de sa suspension internationale des paiements car le pays n’a plus d’argent. Il lui est donc très difficile de continuer à payer les pertes de sa compagnie aérienne nationale Aerolíneas Argentinas (depuis le début de la crise celle-ci a perdu 97 % de ses revenus). Pour cette raison, lundi dernier, dans un message interne, l’entreprise a officiellement informé ses collaborateurs que 7 500 de ses 12 000 employés seront bientôt suspendus de leurs fonctions.

L’Union européenne a déclaré à la compagnie aérienne nationale allemande Lufthansa qu’elle n’approuverait l’aide allemande que si elle renonçait aux pôles de Francfort et de Munich. Après des négociations tendues, Lufthansa a donc finalement décidé d’accepter les demandes de Bruxelles et, en échange de la réception de 9 milliards d’euros du gouvernement allemand, renoncera à 24 créneaux d’atterrissage ou de décollage entre les deux aéroports.

Le Gds Sabre met fin au contrat de distribution avec les compagnies aériennes appartenant au groupe Lufthansa (Austrian Airlines, Lufthansa, SWISS et Brussels Airlines) avec effet au 30 juin 2020. Cette résiliation affecte également le GDS Abacus.
Le groupe aérien allemand, pionnier dans l’application de surtaxes aux réservations effectuées via GDS, affirme être disposé à « maintenir activement un dialogue amical et constructif visant à trouver des solutions avec Sabre, dans l’intérêt des utilisateurs de Sabre et d’Abacus« . Bien que les raisons pour lesquelles Sabre a rompu avec Lufthansa soient inconnues, les experts conviennent que cela pourrait être dû à la politique anti-GDS adoptée depuis quelques années par le groupe aérien germanique.

Norwegian, la compagnie low cost du royaume de Norvège, qui a perdu plus de 300 millions d’euros au premier trimestre dernier, va réduire au minimum sa voilure pour cet été. Elle vient d’annoncer qu’elle continuera de voler avec seulement une très petite partie de sa flotte, soit sept de ses 147 appareils, jusqu’en avril 2021.

Wizz Air se lance dans une grosse bagarre avec ses concurrents : le 1er juillet prochain, la compagnie hongroise s’attaque ainsi frontalement à Easyjet et à Ryanair, sur le marché lucratif entre Londres et l’Espagne, avec des vols quotidiens vers Malaga et cinq vols hebdomadaires vers Majorque.
À partir du 3 juillet, Wizz Air volera deux fois par semaine à Fuerteventura et deux fois par semaine à Lanzarote. Les vols vers Las Palmas et Faro commenceront eux le 16 juin prochain. De plus, il desservira Corfou, Héraklion, Rhodes, Zakyntos et Marrakech. Wizz Air a également annoncé son intention de proposer des départs de Gatwick, où il veut prendre la place laissée désormais vacante par British Airways et Virgin.

Volotea lance 2 nouvelles lignes vers la Corse au départ de l’aéroport Paris-Beauvais à partir du 4 juillet. De retour à l’Aéroport Paris-Beauvais, Volotea opérera pour la saison estivale 2 nouvelles lignes exclusives vers Ajaccio et Bastia. Volotea adapte ainsi son réseau pour relier les destinations balnéaires domestiques pour l’été 2020. La compagnie établit de nouveaux procédés et renforce ses mesures de sécurité garantissant des vols plus sûrs, en accord avec les réglementations internationales.

Envol modeste du trafic en juin pour l’aéroport Nice Côte d’Azur : L’aéroport annonce une reprise progressive de ses liaisons vers les villes françaises et européennes. En France l’aéroport est déjà actif sur Paris Charles-de-Gaulle desservi par Air France, et EasyJet, Lyon (Air France), Lille (easyJet), Toulouse (EasyJet), Nantes (EasyJet et Volotea), Bordeaux (EasyJet), Bastia, Ajaccio, Figari et Calvi (Air Corsica).
Sur l’Europe vont reprendre la desserte de Londres (British Airways et EasyJet), Francfort (Lufthansa), Bruxelles (Brussels Airlines), Genève et Zurich (easyJet, Swiss),Vienne, Sofia, Budapest et Cracovie (Wizz Air).
Devrait suivre en juillet Nice-Caen et Nice-Brest (Volotea), puis la reprise du Nice Dubaï par Emirates.

En attendant easyjet qui possède une base à Nice avec une cinquantaine de destinations qui devrait annoncer la reprise sur une partie de ses destinations, Lufthansa est l’une des premières compagnies étrangères a annoncer son retour sur le tarmac de Nice. Dès le début juin elle proposera 3 vols par semaine entre Francfort et Nice alors que Swiss annonce 4 vols par semaine entre Zurich et Nice.

easyJet a d’ailleurs annoncé qu’elle opérera les trois quarts des vols de son réseau de lignes actuel en juillet et août.  Pour coïncider avec la reprise massive des vols, la compagnie aérienne lance également sa plus grande mise en vente jamais réalisée, avec plus d’un million de vols vers des destinations de vacances en Europe proposés à partir de seulement 29,99 Eur pour les voyages entre le 1er juillet et le 31 octobre 2020. Alors qu’easyJet assurera environ 30 % de la capacité normale du quatrième trimestre 2019 pendant la période de juillet à septembre. Elle volera sur 50 % de ses 1 022 lignes habituelles en juillet et sur 75 % d’entre elles en août.

Transavia France annonce la reprise progressive de ses vols à partir du 15 juin ainsi que de nouvelles mesures sanitaires tout au long du parcours passager travaillées avec ses partenaires aéroportuaires en particulier VINCI Airports et Paris Aéroport. Ce dispositif de reprise d’activité, conçu avec précaution, s’adaptera aux évolutions de la situation sanitaire et aux levées des restrictions dans les pays.

Vueling Airlines, compagnie aérienne appartenant au Groupe IAG, relance progressivement ses activités pour les mois de juin et juillet en opérant jusqu’à 180 routes sur l’ensemble de son réseau européen, assurant ainsi près de 2 000 vols hebdomadaires.
Depuis Paris-Orly, Vueling va opérer 14 routes vers : Barcelone, Londres-Gatwick, Séville, Palma de Majorque, Ibiza, Bilbao, Alicante, Malaga, Valence, Grande Canarie, Rome-Fiumicino, Milan, Lisbonne et Porto.
Depuis Marseille, Vueling assurera trois routes directes, vers Barcelone, Palma de Majorque et Alger. Au départ des aéroports de Nice, Nantes, Bordeaux et Lyon, Vueling assurera également des vols directs vers Barcelone.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>