Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Fin de la première partie du conflit pour les agents de la centrale d'ORYL

12 Juin 2017, 19:53pm

Publié par La CGT d’ADP

Les agents grévistes de la centrale ont refusé en bloc les propositions de la direction d'ORYL et ont repris le travail . 

Cette bataille n'est pas perdue, les salariés ne lâcheront rien . De nouvelles actions sont à prévoir dans les prochaines semaines .

 

Fin de la première partie du  conflit pour les agents de la centrale d'ORYL

Voir les commentaires

Au sujet de la loi travail

12 Juin 2017, 19:46pm

Publié par France TV info

Voir les commentaires

Le Groupe ADP projette de se renforcer au capital de TAV Airports et de céder sa participation dans TAV Construction

9 Juin 2017, 11:44am

Publié par La CGT d’ADP

 

Aéroports de Paris SA, maison-mère du Groupe ADP, a signé le 9 juin 2017 avec Akfen Holding A.S. ("Akfen Holding") un contrat en vue de l'acquisition, via sa filiale Tank ÖWA alpha GmbH, de l'intégralité des titres détenus par Akfen Holding dans TAV Havalimanlari Holding A.S. ("TAV Havalimanlari Holding" ou "TAV Airports"). Le Groupe ADP est actionnaire de TAV Airports depuis 2012 à hauteur de 38 %.

Via cette transaction, le Groupe ADP acquerra 8,12 % des titres de TAV Airports pour un montant de 160 millions de dollars américains. La transaction valorise TAV Havalimanlari Holding à environ 2,0 milliards de dollars américains, soit 19,2 livres turques par action. Ce projet d'acquisition renforcera l'implication du Groupe ADP dans la société, avec une participation portée à 46,12 % du capital de TAV Airports. Tepe Insaat Sanayi A.S. et Sera Yapi Endustrisi ve Ticaret A.S., deux des principaux actionnaires fondateurs, ont exprimé leur soutien envers cette transaction et saluent les perspectives qu'elles représentent pour TAV Airports.

Dans le même temps, le Groupe ADP va également céder sa participation de 49 % dans la société TAV Investment, maison-mère de TAV Yatirim Holding A.S. ("TAV Construction"), à Sera Yapi Endustrisi ve Ticaret A.S. et Tepe Insaat Sanayi A.S. pour un montant de 9 millions d'euros.

Le Groupe ADP déploie ainsi sa stratégie internationale, d'une part, en renforçant son implication dans le groupe aéroportuaire TAV Airports en tant qu'actionnaire de premier plan et, d'autre part, en recentrant ses activités sur son coeur de métier, avec la cession de sa participation dans TAV Construction.

A l'issue de la conclusion de cette transaction attendue à l'été 2017, le Groupe ADP consolidera par intégration globale dans ses comptes le groupe TAV Airports.

Les accords d'achat d'actions restent soumis aux approbations réglementaires.

TAV Airports opère sur 14 aéroports en Turquie et dans le monde, et a accueilli 104 millions de passagers en 2016. Le groupe est présent sur toute la chaine de valeur aéroportuaire, offre tous les services commerciaux sur les plates-formes qu'il opère et propose des services aéroportuaires dans de nombreux aéroports à travers le monde. TAV Airports entend déployer ses ressources humaines et son expertise ainsi que son solide bilan financier pour profiter des opportunités de croissance, organiques et externes, offertes dans les domaines des opérations aéroportuaires et des services tels que le Duty Free, la restauration, l'assistance en escale, la sûreté, les services opérationnels et les technologies informatiques.

A l'issue de cette transaction, Dr. M. Sani Sener conservera ses fonctions de Directeur Général de TAV Airports. La nomination de M. Edward Arkwright au poste de Président du Conseil d'administration de TAV Airports sera proposée à la prochaine Assemblée Générale des actionnaires.

Le conseil d'administration de TAV Airports restera composé d'un total de 11 membres, avec 5 membres nommés par le Groupe ADP, 1 membre pour lequel Tepe a le droit de proposer un candidat, 1 membre pour lequel Sera a le droit de proposer un candidat et 4 administrateurs indépendants proposés par le Comité des Nominations au vote de l'Assemblée Générale des actionnaires.

Augustin de Romanet, Président-directeur général d'Aéroports de Paris SA - Groupe ADP a déclaré :

"Le renforcement du Groupe ADP au capital de TAV Airports s'inscrit dans la continuité d'un partenariat solide et vertueux en place depuis 2012. L'acquisition de 8,12 % des titres de TAV Airports permettra au Groupe ADP de porter sa participation à 46,12 % pour devenir un actionnaire de premier plan, avec une implication renforcée dans cet actif stratégique. Cette opération va permettre une coopération et une coordination accrues entre le Groupe ADP et TAV Airports. D'autre part, cette transaction montre la confiance qu'a le Groupe ADP dans le potentiel de développement de TAV Airports, en particulier dans des zones de croissance importantes, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, en parfait complément de l'exploitation de l'aéroport d'Istanbul Atatürk jusqu'en 2021.Le Groupe ADP renouvelle également sa confiance dans le management de TAV Airports, animé par un remarquable esprit d'entreprise."

Dr. M. Sani Sener, Directeur général et membre exécutif du Conseil d'administration de TAV Airports a commenté :

"Le Groupe ADP est notre actionnaire de premier plan. Ensemble, nous formons un système global de 26 aéroports accueillant 245 millions de passagers, dans le but d'offrir les meilleurs standards dans le domaine des services aéroportuaires à travers le monde. Cette transaction démontre clairement la conviction du Groupe ADP que TAV Airports représente une opportunité de croissance majeure dans notre coeur de métier. Les collaborateurs talentueux de TAV Airports sont un actif stratégique pour le Groupe ADP. Les forces complémentaires de TAV Airports et du Groupe ADP continueront de nous aider à créer de la valeur pour nos actionnaires à l'avenir."

Voir les commentaires

Notre analyse de la réorganisation des métiers de l'accueil

9 Juin 2017, 06:41am

Publié par La CGT d’ADP

Notre analyse de la réorganisation des métiers de l'accueil
Notre analyse de la réorganisation des métiers de l'accueil

Retrouvez notre analyse complète dans le fichier joint sous ce message .

Voir les commentaires

Aéroport de Paris investit dans le Big Data pour le transport aérien

7 Juin 2017, 13:34pm

Publié par Capital / AOF – 06/06/2017

Aéroport de Paris est entré au capital de la société Safety Line, Cet investissement a été effectué à l'occasion d'une levée de fonds d'un montant total de 3 millions d'euros, aux côtés de la structure d'investissement de Safran et de BPI France. Safety Line a développé des solutions logicielles innovantes qui permettent aux compagnies aériennes et aux aéroports de faire face aux enjeux majeurs du transport aérien en matière de sécurité, d’économies de carburant et d’environnement.

 

Cette levée de fonds doit permettre à Safety Line d'accélérer son développement commercial et international et de recruter les équipes pour répondre à tous les nouveaux contrats en cours de signature.

 

Les points forts de la valeur

- Deuxième groupe aéroportuaire européen après British Airports, deuxième par le nombre de passagers (95,4 millions en 2015), premier européen pour le fret et le courrier, propriétaire et opérateur de Paris-Charles-de Gaulle, Paris-Orly and Paris-Le Bourget ;

- Modèle économique résilient basé sur la première destination touristique mondiale, la France, et le hub aérien (plate-forme de correspondances) le plus puissant d’Europe, les commerces étant les plus forts contributeurs au bénéfice ;

- Activité répartie en 5 pôles : 3 pour les aéroports de Paris -activités aéronautiques (59 % des revenus), commerces & services (31 %) et l’immobilier (10 %, ADP étant l’un des plus grands propriétaires fonciers d’Ile-de-France); 2 pour les filiales et participations – développements aéroportuaires (aéroport turc TAV, aéroports de Santiago du Chili, de Madagascar, du Vietnam) et « autres activités », dont les contributions sont mises en équivalence ;

- Partenariats importants avec Air France-KLM et l'alliance Skyteam, Star Alliance, Fedex, Schiphol Group (Aéroport d’Amsterdam) et La Poste pour le fret ;

- Visibilité accrue en France avec l’application de la grille tarifaire « CRE3 » qui privilégie les vols long-courriers ou en correspondance au détriment des vols européens, avec pour objectif d’attirer les compagnies asiatiques et nord-américaines ;

- Recul du prix du carburant favorable à la croissance du trafic aérien et effet de change dopant pour les dépenses des passagers dans les commerces ;

- Situation financière saine, avec un taux de distribution maintenu à 60 % et versement d’un acompte sur dividende en décembre 2016.

 

Les points faibles de la valeur

- Forte dépendance au trafic aérien, lui-même lié à la conjoncture économique, aux grèves, aux intempéries et aux attentats ;

- Environnement réglementaire et fiscal jugé contraignant par les analystes ;

- Liaison directe entre Roissy et Paris pas avant 2023 ;

- Appétit de l’actionnaire principal –l’Etat français- pour les liquidités, d’où un risque d’entrave des programmes d’investissement.

 

Comment suivre la valeur

- Forte corrélation au PIB français et à la santé financière des compagnies aériennes, notamment EasyJet et AirFrance-KLM, 1er et 2ème opérateurs à Paris (47,5 et 8 % du trafic total) ;

- Livraison des grands projets d’infrastructures à Orly et Roissy, des projets immobiliers (siège social, hôtels et messagerie cargo), avant la ligne CDG Express entre Paris et Roissy, livrable en 2023 ;

- Evolution du plan Connect 2016-2020, fondé sur 4,6 Mds€ d’investissements et assorti d’un nouveau plan d’économies de coûts : en France, conquête du trafic, notamment en correspondance, compétitivité du hub parisien par le déploiement de la technique « one roof », optimisation de l’offre de commerce dans les terminaux internationaux (23 € de chiffre d’affaires par passager) et création d’une ville portuaire à partir du patrimoine immobilier (croissance annuelle des loyers de 10 à 15 %) ; faire de l’international le 3ème métier du groupe ; obtenir une progression de 30 à 40 % de l’excédent brut d’exploitation ;

- Poursuite de la croissance externe : en France, candidature à la privatisation de l’aéroport de Lyon, à l’étranger, intérêt pour le développement de l’aéroport de Téhéran, pour la privatisation d’aéroports philippins et en Amérique latine ;

- Confirmation du redressement du trafic observé en décembre et janvier ;

- Valeur non opéable, l’Etat, détenant 50,6 % devant le groupe Vinci (8 %) et Schiphol Group, exploitant de l’aéroport d’Amsterdam (8 %).

 

Transport aérien

D'après les prévisions de l'IATA, le trafic aérien devrait encore doubler dans les vingt ans à venir, à 7,2 milliards de passagers d'ici à 2035. Cette perspective repose sur une croissance annuelle moyenne de 3,5%. Pour satisfaire cette demande, les compagnies aériennes devront acheter de nouveaux avions. Airbus évalue à plus de 33.000 appareils, dont 32.425 avions de plus de 100 places, les besoins des compagnies aériennes entre 2016 et 2035. Dans les vingt ans à venir, plus de la moitié de ces nouveaux voyageurs seront chinois selon l'IATA. La Chine deviendra ainsi le premier marché aérien mondial, déclassant les États-Unis après quatre-vingts ans de domination. Anticipant cette évolution, Air France-KLM a créé en Chine une coentreprise sur le modèle de celle nouée avec Delta aux États-Unis.

 

Voir les commentaires

15 chiffres alarmants sur la pauvreté en France

6 Juin 2017, 13:38pm

Publié par La CGT d’ADP

Etre pauvre c’est quoi ? Dans notre société actuelle, la pauvreté est partout, elle est parfois sous nos yeux, parfois cachée, parfois dérangeante, parfois elle nous attriste. Pourtant en 2016, il serait temps que nous la regardions cette pauvreté. Chacun est pauvre à sa manière, pauvre en amour, pauvre en argent, pauvre en liberté…

« Moi je suis pauvre. Je vais vous définir ma pauvreté. Ce qu’est pour moi la pauvreté. C’est quand je dois aller à l’école mais que je ne peux pas y aller. Quand je dois manger mais que je ne peux pas. Quand ma femme et mes enfants souffrent. Je n’ai pas le niveau intellectuel suffisant pour nous sortir de cette situation. Ni moi, ni les miens. Là, je me sens vraiment pauvre. Physiquement pauvre, mentalement pauvre », témoignage du  film « Human » réalisé par Yann Arthus Bertrand.

1) Sont considérés comme pauvres entre 4,9 et 8,5 millions de personnes en France

D’après l’Insee, une personne est considérée comme pauvre, lorsque son niveau de vie est inférieur à 60% du niveau de vie moyen de la population. Ces 8,5 millions  de personnes correspondent à 14% de la population.

2) En 4 ans, environ 800 000 personnes se sont ajoutées aux habitants vivant sous le seuil de pauvreté

Ce chiffre creuse un  écart entre la population. Entre 2008 et 2012, les riches ont continué à s’enrichir tandis que les pauvres ont continué à s’appauvrir. La moitié de la population française a observé une nette baisse de son niveau de vie. Cette baisse de niveau de vie est estimée à 5 milliards d’euros pour 30% des plus pauvres; 30% des plus riches ont quant à eux accumulé 18 milliards d’euros supplémentaires, dont la moitié pour les 10% les plus riches. On assiste donc à une répartition inégalitaire des revenus en France.

3) 3,8 millions de Français sont mal logés

Les mal logés sont ceux qui n’ont pas leur propre logement ou qui vivent dans des conditions de vie insalubre. Et parmi ces 3,8 millions de personnes, 2,9 millions vivent dans un logement inconfortable, de petite surface et/ou surpeuplé.

900 000 personnes n’ont pas de logement personnel, elles sont soit sans-abri, soit dans des habitations de fortunes (caravane, mobile-home…).

Au total, 12 millions de personnes subissent la crise du logement.

4) 7% des foyers ont froid

Avoir un logement est un droit, mais le confort est une chose que tout le monde ne peut pas se permettre. 7% des foyers ne peuvent garder leur logement à bonne température, 10% ne peuvent inviter des amis et 11% ont un logement mal insonorisé.

5) 1% des logements ne sont pas équipés d’eau courante

Ni eau courante, ni douche, ni WC. Un réel inconfort pour les 1% qui subissent un manque d’hygiène conséquent.

6) Une famille « pauvre » dépense  55% de ses revenus dans le logement

Un chiffre accablant et pourtant vrai, en moyenne chez le reste de la population seul, 17,4% des revenus sont dépensés pour le logement et même 12,5% du revenu des plus aisés.  En considérant que les 10% des plus pauvres touchent en moyenne  un revenu mensuel de 678 euros. Il ne leur reste que 299 euros pour vivre. 7% des plus pauvres ne peuvent simplement plus payer leur loyer.

7) 582 Bidonvilles  en France

Au total ce sont 17 929 personnes qui vivent dans des bidonvilles en France. 37% de ces personnes sont situées en Ile-de-France et 21% au Nord Pas de Calais.

8) Logements insalubres : 1 enfant sur 3 souffre de problèmes respiratoires

Ils sont 33% à souffrir de sifflements respiratoires, tandis que seulement 7,1% sont touchés par ce problème dans les autres ménages.

9) 47,7 % des adultes logés dans un logement précaire ont des maux de tête violents

Dans cette tranche de population, 40,8 % souffrent de problème d’anxiété et de dépression suite à leur situation précaire.

10) 450 000 Français retournent vivre chez leurs parents

Perte de travail, dettes, problèmes de santé, logement… autant de raisons qui expliquent un tel chiffre. En 11 ans, le nombre de personnes de plus 25 ans retournant vivre dans le foyer parental a augmenté de 20%, passant de 282 000 à 338 000 en 11 ans. Encore plus impressionnant, le nombre de personnes de plus de 60 ans vivant en colocation faute de moyens a largement augmenté ! ( 50 000 à 83 000)

11) Sans domicile fixe : ils sont 14 600 à vivre dans la rue

Selon la fondation Abbé Pierre, la France compte pas moins de 141 000 sans domiciles et 91 000 personnes sont menacées d’expulsion. Le nombre de SDF a doublé en 10 ans.

12) 48 ans, c’est la durée de vie moyenne d’un SDF

La durée de vie moyenne d’un SDF est estimée à 48 ans tandis qu’elle est de 82 ans pour le reste de la  population française. Les causes principales de ces décès  :

  • 20 % sont dus à des morts violentes comme une intoxication accidentelle,
  • Les meurtres et les noyades accidentelles, plus élevées de 2,9 % que chez le reste de la population,
  • L’exposition au froid de manière excessive (35 fois plus de morts que le reste des Français),
  • 18% des décès sont dus à des tumeurs,
  • 11% sont causés par des maladies cardiovasculaires,
  • 7%  sont liés à des maladies de l’appareil digestif

« Les morts de la Rue » est un collectif qui recense les décès des personnes vivant dans la rue. Ce collectif est également là pour chercher les causes de ces décès et l’accompagnement nécessaire pour des funérailles dignes. En 2014, le collectif à recensé 498 décès; un chiffre inférieur à la réalité.

13) Un tiers des personnes sans-abri souffre de problèmes psychiatriques

En 2009, le Samu social à mené une enquête révélant qu’1/3 des personnes sans-abri étaient touchées par des problèmes de troubles mentaux. Parmi ces personnes, 13% sont atteintes de problèmes psychotiques, 12% de problèmes d’anxiété et 7% sont sujets à une grave dépression. Ce diagnostic touche particulièrement les personnes isolées et les jeunes mères de famille.

14) 6 enfants sur 10 craignent de connaître la pauvreté

Avant 1990, la pauvreté reculait tandis que depuis les années 2000, la tendance s’inverse et la pauvreté augmente.

15) 66% d’entre nous ont un proche dans la pauvreté

Pour compléter cet effroyable chiffre, 9 Français sur 20 estiment que leurs enfants ont plus de chance de connaitre la pauvreté qu’à leur époque. Heureusement, d’innombrables organismes bénévoles donnent leur temps et leur énergie pour la lutte contre la pauvreté.

Sources : soocurious ; mortdelarue

 

 

 

Voir les commentaires

Les retraités veulent être entendus par le Président

1 Juin 2017, 17:57pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>