Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Compte rendu de l'audition du 30 juillet à la commission speciale loi PACTE

14 Septembre 2018, 07:52am

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Tout est encore possible contre la privatisation !

12 Septembre 2018, 18:41pm

Publié par La CGT d’ADP

La privatisation des Aéroports de Paris n'est pas uniquement le problème des salariés de cette entreprise .

Ce n'est pas uniquement une lutte pour conserver notre statut.

C'est une lutte pour retirer le projet de privatisation d'ADP de la loi PACTE . 

Vous connaissez tous, les conséquences néfastes pour tous : salariés, citoyens, riverains...

Les enjeux sont tellement importants tant stratégiques que financiers que la lutte contre ce projet prend une dimension territoriale, régionale et nationale . 

C'est un combat d'intérêt général pour que ce ne soit pas l'histoire d'un futur grand gâchis , tant humain que financier , environnemental que stratégique .......

Nos "partenaires" dans cette lutte sont nombreux :  les mairies, les conseils départementaux - la Région ou une partie de la Région bientôt ? -  députés, sénateurs, hommes politiques, associations, citoyens  .... 

Vos élus CGT organisent, invectivent, parlementent .... pour organiser un FRONT SOCIAL contre ce projet dévastateur . 

Les heures d'infos de cette semaine,  montrent que nous pouvons préparer des actions sur les plateformes . L'intersyndicale est  active .

Une dernière nouvelle : les élus du groupe Ensemble IDF (Socialistes, Ecologistes et Progressistes) de la REGION vont déposer un voeu contre la Privatisation  du Conseil Régional  et affichent leur soutien sur TWITTER ce soir . 

Les mairies interviennent , les départements affichent leur soutien, la Région rentre dans la bataille, les députés et sénateurs nous sollicitent ....

Des rendez vous sont pris pour créer les conditions d'un rapport de force , de futures actions .

Mais, 

Il nous faut - à nous-,  les salariés d'ADP  créer les conditions, dans l'entreprise,  en mobilisant autour de nous, nos collègues, à tort, parfois résignés ou hésitants . 

Mais il faut  également que les  salariés des sous traitants, ceux d'Air France, de Transavia, de la DGAC ... nous rejoignent dans cette mobilisation.

Tout reste possible ! 

On ne lâche rien .

Tout est encore possible contre la privatisation !
Tout est encore possible contre la privatisation !Tout est encore possible contre la privatisation !

Voir les commentaires

Courrier de Jacques Rempillon , ancien secretaire CGT d'ADP au PDG sur la privatisation

16 Août 2018, 07:50am

Publié par La CGT d’ADP

Courrier de Jacques Rempillon , ancien secretaire CGT d'ADP au PDG sur la privatisation
Courrier de Jacques Rempillon , ancien secretaire CGT d'ADP au PDG sur la privatisation
Courrier de Jacques Rempillon , ancien secretaire CGT d'ADP au PDG sur la privatisation

Voir les commentaires

Le point sur la Privatisation

9 Juillet 2018, 09:36am

Publié par La CGT d’ADP

Avec la loi PACTE le gouvernement poursuit sa politique libérale et la privatisation de tous les secteurs de la société.

Dernièrement, les députés LREM ont votédans la commission des Lois, la transformation de la « sécurité sociale » en « protection sociale » avec la volonté de vouloir supprimer la Sécu de la Constitution (l’objectif est de rompre avec la doctrine du « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins » et de brader la solidarité publique).

C'est une véritable entreprise de destruction de notre société qui s'est construite sur la solidarité reposant sur le socle de la fonction publique et des services publics.

Depuis le 18 juin et face à notre détermination et notre mobilisation nous avons été reçus par le PDG, puis par le ministère des finances et de l'économie. 

Mardi 3 juillet, un Comité d'Entreprise Extraordinaire avait lieu sur un seul sujet : La privatisation du Groupe ADP. Les éléments communiqués par la direction (voir document en pièce jointe) n'ont pas été suffisants pour convaincre les élus(e)s du CE qui considèrent la situation toujours aussi préoccupante (voir délibération des élus C.E de toutes les OS) . La commission économique va donc préparer un rapport qui sera soumis à la direction lors d'un prochain Comité d'Entreprise Extraordinaire fin juillet.

Entre temps, nous allons rencontrer plusieurs députés avant le mois de septembre pour poursuivre notre bataille qui est loin d'être terminée.

Un document explicatif va être produit à destination de tous les salariés et nous organiserons des assemblées de personnel début septembre. Et pendant les mois de juillet et août il faudra rester attentifs et continuer de rencontrer les salariés pour qu'ils maîtrisent bien tous les enjeux et les risques de ce projet de loi.

Fraternellement,

 

Daniel BERTONE,

Secrétaire Général

Voir les commentaires

La privatisation d'ADP sur France 5 !

21 Juin 2018, 17:17pm

Publié par La CGT d’ADP

La privatisation d'ADP sur France 5 ! La privatisation d'ADP sur France 5 ! La privatisation d'ADP sur France 5 !

Voir les commentaires

Loi Pacte et privatisations

19 Juin 2018, 16:30pm

Publié par L'humanité

Privatisations: l’État abandonne son rôle de stratège

Humanité.fr – 19 Juin 2018

 

Le gouvernement s’apprête à brader ses participations publiques dans Aéroports de Paris, Engie, et La Française des jeux.

 

Avancée par petites touches depuis des mois, la cession de parts de l’État dans Aéroports de Paris (ADP), Engie et La Française des jeux (FDJ) a été officialisée en Conseil des ministres, hier. Si le gouvernement n’a pas encore précisé l’ampleur du désengagement, celui-ci devrait être massif, le but étant d’alimenter à hauteur de 10 milliards d’euros le nouveau Fonds pour l’innovation et l’industrie, mais aussi d’en affecter une partie au désendettement de l’État. Dans les Échos, mardi dernier, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, n’avait pas exclu un retrait total d’ADP et de la FDJ, précisant que ces arbitrages ne seraient rendus qu’après le vote de la loi au Parlement fin 2018, voire début 2019.

 

Bien que le gouvernement s’en défende – arguant d’un renforcement de son rôle de régulateur dans les domaines aérien, énergétique et sanitaire –, la puissance publique délaisse sa vocation d’État-stratège. Pour faire passer la pilule, l’exécutif renforce la possibilité de transformer certaines de ses participations en actions spécifiques (ou golden shares) pour s’opposer à des cessions d’une entreprise dont les intérêts seraient jugés « essentiels au pays ». Parallèlement, la procédure d’autorisation préalable d’investissements étrangers en France sera étendue à la production de semi-conducteurs, du spatial, de drones, de l’intelligence artificielle, de la cybersécurité, de la robotique et du stockage de données massives.

 

Au sujet d’Aéroports de Paris, le gouvernement affiche une volonté de ne pas réitérer le fiasco de la vente des concessions autoroutières. « C’est l’État qui fixera lui-même le niveau des redevances (aéroportuaires) », promet ainsi Bruno Le Maire face aux craintes des compagnies aériennes et des passagers que les tarifs des aéroports parisiens ne suivent la même trajectoire que ceux des péages autoroutiers. Des tarifs qui seraient indexés sur le niveau d’investissement réalisé par les actionnaires et formalisés dans un contrat de régulation quinquennal. Mais, pour la CGT d’ADP, cette privatisation est dépourvue de « projet industriel et stratégique (…), avec un risque élevé de sous-investissement dans le système aéroportuaire francilien et de destruction de milliers d’emplois qui y sont associés », a dénoncé le syndicat dans un communiqué.

 

L’État possède 24,1 % du capital du groupe gazier

 

Pour tenter d’apaiser les inquiétudes de ceux qui voient dans la privatisation de La Française des jeux un risque sanitaire majeur en termes d’addiction, le gouvernement a dégainé la création d’une autorité indépendante censée réguler le secteur. Une manœuvre qui peine à convaincre. « Les jeux, ce n’est pas une marchandise comme les autres : l’addiction, la politique envers les jeunes, le blanchiment. Il y a des risques que chacun connaît. C’est à l’État de réguler, et le meilleur moyen de réguler c’est d’en être propriétaire », a taclé hier au micro d’Europe 1 l’ancien secrétaire d’État au Budget PS Christian Eckert. Pour Engie, le gouvernement veut faire sauter le verrou d’un seuil de détention minimal en capital comme en droits de vote. Actuellement, l’État possède 24,1 % du capital du groupe gazier et 34,8 % des droits de vote. Là encore, la promesse gouvernementale de « (conserver) totalement la main » sur la régulation du secteur de l’énergie semble difficile à concilier avec ce désengagement financier, couplé à la fin annoncée des tarifs réglementés du gaz d’ici à 2023. La poursuite d’une stratégie de délaissement du service public, que dénonce la CGT mines énergie dans son ensemble en multipliant depuis début avril manifestations et occupations de sites Enedis et GRDF un peu partout en France.

 

La recherche publique au service de l’entreprise

 

Dans la « start-up nation », on a conscience que les chercheurs français sont mal rémunérés et ont tendance à partir faire fortune à l’étranger. Sauf que, plutôt que d’augmenter à 3 % du PIB les financements de la recherche publique comme le propose la CGT, la loi Pacte entend faciliter les allers-retours entre public et privé, permettre à un chercheur de passer la moitié de son temps en entreprise et, surtout, l’aider à créer sa propre « start-up innovante » à lui. « Les chercheurs- entrepreneurs pourront conserver une part du capital de leur entreprise après leur réintégration dans l’organisme public de recherche », assure le texte.

 

Voir les commentaires

Privatisation : nous sommes toujours dans l'action

15 Juin 2018, 16:55pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires