Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Orly pourrait sous conditions rouvrir en juin

10 Mai 2020, 08:02am

Publié par La Tribune

Voir les commentaires

Des salariés de Roissy exposés au COVID

9 Mai 2020, 08:22am

Publié par France bleu

Voir les commentaires

Revue de presse des compagnies aériennes

5 Mai 2020, 09:18am

Publié par La CGT d’ADP

L’État prêt à aider Corsair… à certaines conditions

 

(Déplacementspros du 04/05/2020)

 

Bercy demande aux actionnaires de la compagnie de «faire leur part du chemin»

L’État français est prêt à aider Corsair, mais demande aux actionnaires de la compagnie aérienne de prendre leurs «responsabilités», a indiqué ce matin le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, lors d’une séance de questions-réponses avec les internautes sur LinkedIn. Le gouvernement conditionne ainsi son aide, et demande aux actionnaires de la compagnie de remettre au pot, ce qu’ils n’ont pas souhaité faire jusqu’à présent. Corsair est aujourd’hui détenue par le groupe d’aviation privé allemand INTRO Aviation (53%), par le géant allemand du tourisme TUI (27%) et par une holding de salariés du groupe (20%). La seconde compagnie aérienne française ne peut aujourd’hui obtenir un Prêt Garanti de l’État (PGE), faute d’avoir un niveau de fonds propres supérieur à la moitié de son capital social.

Le transporteur juge les critères pour en bénéficier « trop restrictifs » et attend un assouplissement de la part du gouvernement. Le PDG de Corsair, Pascal de Izaguirre, a indiqué n’être pas opposé au principe d’une participation de l’État dans le capital de l’entreprise. Corsair est basée à Rungis, à deux pas d’Orly où elle opère à Paris, un aéroport qui pourrait être fermé jusqu’à l’automne et l’obliger à déployer d’ici là son activité à Roissy CDG, une difficulté supplémentaire. La compagnie emploie 1 200 salariés très inquiets pour leur avenir. Ceux-ci ont fait circuler la semaine dernière une pétition ayant relayé un véritable appel à l’aide de Pascal de Izaguirre.  Pour ce dernier, l’État ne doit pas seulement aider Air France mais aussi les autres compagnies aériennes françaises, et « éviter une distorsion de concurrence évidente ».

Voir les commentaires

Les open space et le COVID 19

5 Mai 2020, 08:39am

Publié par La CGT d’ADP

L’open space n’est plus seulement inefficace, il est dangereux  ! 

Un peu partout dans l'entreprise , il y a des open Spaces . Ceci sont devenus la norme et remplacent les bureaux individuels ou de quelques personnes, que les salariés d'ADP occupaient . 

Lors de la construction d'ASKIA sur Orly, la CGT avait largement combattu ce projet et réussi à "détendre" les surfaces imposées aux salariés, mais les élus ont du se battre avec la Direction pour la qualité de l'air, la promiscuité, la surveillance horizontale ..... Nous avions dit à l'époque que nous étions très en retard par rapport à d'autres pays qui supprimaient ce genre d'aménagement  mais la Direction en a fait un modèle pour toute l'entreprise en construisant le siège sur Roissy de la même façon .

Avec cette pandémie, c'est peut être l'occasion qui nous est donnée détruire ce modèle , reconstruire de plus petits espaces et de ne pas laisser la Direction nous enfermer dans des box(s) comme dans les années 70 ! 

Le coronavirus signe t il la fin des bureaux en open space dans les entreprises ?

La levée du confinement approche. Et la plupart des entreprises planchent sur la manière de faire reprendre le travail à leurs employés sans exposer leur santé. Pour éviter la propagation du coronavirus, des études plaident notamment pour la fin des bureaux dans des espaces de travail totalement ouverts.

 

Rien ne sera plus comme avant. Il va falloir apprendre à vivre avec le coronavirus dans les prochaines semaines. On en a tous conscience. Et le monde de l’entreprise qui se prépare, petit à petit, à la levée du confinement, va devoir s’y adapter pour reprendre son activité sans exposer la santé des employés.

 

Pour les protéger au mieux, un constat semble déjà s’imposer : les espaces de travail dans les bureaux devront évoluer. Et le règne de l’open space, ces espaces ouverts où travaillent sans séparation des dizaines de salariés, semble devoir toucher à sa fin.

 

La peur de l’open space

Ces dernières années, de nombreuses études avaient déjà démontré son impact négatif sur la productivité. Aujourd’hui, de nombreux salariés confinés ont adopté le télétravail et ont peur d’attraper le virus au sein même de leur entreprise. En particulier s’ils doivent retravailler en espace ouvert. Selon une étude américaine réalisée pour l’entreprise américaine Bospar, la moitié des personnes interrogées pensent que les open space vont aggraver la propagation du virus. Et 41 % pensent que l’open space est un foyer d’infection.

 

S’ils sont maintenus, ils devront en tout état de cause accueillir moins de monde qu’auparavant. C’est un principe de précaution que conseille d’adopter l’Organisation mondiale de la santé, mais aussi le Conseil scientifique, chargé de conseiller le gouvernement français sur la gestion de l’épidémie de coronavirus. Ce dernier recommande d’ailleurs que les entreprises maintiennent le télétravail lorsqu’il est possible, « sur la totalité ou plus de la moitié du temps de travail ».

 

Pour respecter les gestes barrières et notamment la distanciation physique, l’interaction en face-à-face n’est plus souhaitable. Les plans d’ouverture de bureaux qui permettaient aux employeurs de resserrer les liens entre les travailleurs, de faciliter l’échange en équipe, paraissent, dans ce contexte, compromis.

 

La suite 

Voir les commentaires

ADP : propositions de la CGT pour "le jour d’après"

4 Mai 2020, 15:18pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

PourLejourDapres : clip vidéo

4 Mai 2020, 09:09am

Publié par La CGT d’ADP

Construisons un autre avenir ensemble

Le syndicat a participé à la vidéo du "jour d’après" .

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations (dont la CGT) lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques. Cette pétition appelle les citoyen·ne·s, qui partagent le constat dressé d’urgence sociale et écologique et en ont assez des discours creux, à se mobiliser pour que le « Jour d’Après » soit construit ensemble, en rupture avec les politiques menées jusque-là. Les solutions existent, agissons !

La pétition est en ligne, le lien et en dessous de la vidéo. 

Voir les commentaires

L'aéroport de Paris-Orly devrait rester fermé jusqu'à l'automne

4 Mai 2020, 08:07am

Publié par Les Echos  3/05/2020

Compte tenu de la faiblesse du trafic et de la lenteur de la reprise attendue, la réouverture au trafic commercial de l'aéroport d'Orly n'est pas jugée nécessaire avant plusieurs mois. L'aéroport de Roissy-CDG, même réduit à deux ou trois terminaux, pourra absorber la totalité du trafic estival.

Fermé au trafic commercial depuis le 31 mars , Orly est triste ces jours-ci, pas seulement le dimanche. Et, selon nos informations, cela devrait durer encore plusieurs mois. En vue des prévisions des compagnies aériennes, la reprise du trafic aérien s'annonce en effet beaucoup plus lente. En conséquence, le deuxième aéroport parisien ne rouvrira probablement pas avant l'automne, indique-t-on de source proche du dossier.

Un trafic encore anémique

Malgré de premiers signe de reprise, lié aux mesures de déconfinement, le trafic aérien européen reste très déprimé. Après avoir atteint un point bas historique le 25 avril, avec un trafic en recul de 91 % comparé à avril 2019, le nombre de vols dans le ciel européen est remonté à 15 % de son niveau antérieur en cette fin de semaine, selon les statistiques d'Eurocontrol.

En France, à l'exception d'Air France, qui assure encore des vols vers Marseille, Nice et Toulouse au départ de Roissy, ainsi que des vols cargo et de rapatriements, toutes les compagnies aériennes sont quasiment à l'arrêt. Et le retour à la normale prendra au moins deux ans, selon le patron d'Air France-KLM , Ben Smith, qui table sur un trafic toujours en recul de 80 % en juin, 60 % en juillet et de 40 % en août .

Roissy-CDG réduit à deux terminaux

L'aéroport de Roissy-CDG, dont seulement trois terminaux (Les 2E, 2F et 2A) restent ouverts, devrait suffire à absorber la totalité du trafic de cet été au départ et à l'arrivée de Paris, sans qu'il soit nécessaire de rouvrir Orly aux vols commerciaux. Afin de faciliter la mise en œuvre des contrôles sanitaires, ADP envisage même de fermer le terminal A de CDG 2, pour ne garder ouvert que les terminaux 2E et 2F de Roissy-CDG 2.

Les compagnies d'Orly qui le souhaitent pourront néanmoins reprendre leurs vols depuis l'aéroport de Roissy-CDG. Corsair et Air Caraïbes avaient notamment annoncé le projet de reprendre les vols vers les départements d'Outre-Mer dès la mi-juin. Mais le trafic vers les Antilles et La Réunion ne justifierait pas une réouverture d'Orly, même si l'aéroport a conservé le minimum de personnel nécessaire pour pouvoir accueillir des vols sanitaires et d'éventuels déroutements.

Attendre la réouverture des frontières

« Nous devons attendre la réouverture des frontières avant de pouvoir remonter en puissance », explique-t-on chez ADP. Une grosse partie de l'activité d'Orly repose notamment sur la desserte des pays du Maghreb, dont les frontières sont closes. Par ailleurs, la fermeture des frontières de l'Union européenne devrait également se prolonger jusqu'en septembre.

 

Voir les commentaires