Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Avenir des métiers Agents Commerciaux et CCO

24 Novembre 2016, 19:16pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Heure d'information sur la situation de la Direction IMO

23 Novembre 2016, 23:34pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Déclaration de vos élus CE CGT sur la NAO

22 Novembre 2016, 00:37am

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Paris Aéroport s’attaque au cauchemar des files d’attente aux contrôles de police

17 Novembre 2016, 20:02pm

Publié par Les Echos 16/11/2016

Le Groupe ADP va financer le déploiement d’une nouvelle génération de bornes de contrôle automatisé des passeports.

Devant l'allongement des files d'attente aux guichets de la police aux frontières (PAF), à Roissy, Paris Aéroports s'est finalement résolu à mettre la main à la poche, pour tenter de remédier à une situation de plus en plus cauchemardesque pour les passagers.

En l'absence de moyens supplémentaires émanant du ministère de l'Intérieur, le groupe ADP va financer à 100 % l'installation d'une centaine de nouvelles bornes « Parafe » de contrôle automatisé des passeports, a annoncé mercredi son PDGAugustin de Romanet , lors d'une rencontre avec la presse.

Renforcement des contrôles

Avec le renforcement des contrôles aux frontières, suite aux attaques terroristes, la durée de l'attente est devenue le principal motif de mécontentement des passagers débarquant à Roissy. Au contrôle systématique de tous les passagers, français et étrangers, entrant dans l'espace Shengen se sont en effet ajoutés des contrôles aléatoires à l'arrivée de certains vols au sein même de l'espace Shengen. Le tout sur fond de manque chronique d'effectifs à la PAF que ne compensent pas les actuels sas Parafe, peu nombreux, trop lents, souvent en panne et réservés aux détenteurs de passeports français biométriques.

Temps d'attente de plus de 30 mn multipliés par 20

« Depuis le début de l'année, les temps d'attente de plus de 30 minutes ont été multipliés par vingt», déplore Augustin de Romanet. De quoi ruiner tous les efforts d'ADP pour améliorer l'accueil des passagers et l'image de l'aéroport de Roissy-CDG et convaincre plus d'un touriste étranger de choisir un autre point d'entrée en Europe.

Après avoir tenté, sans succès, d'obtenir de l'Etat des moyens supplémentaires, le PDG du Groupe ADP a donc jugé préférable de lancer sans plus attendre un appel d'offre, remporté par Gemalto. Ces nouveaux portillons, différents des actuels sas Parafe, peu nombreux, peu fiables et trop lents, devraient être déployés dans le courant du premier semestre, à l'issue d'une période de test qui débutera le mois prochain. Ils devraient être accessibles à tous les passagers français munis de passeports biométriques, mais peut-être aussi à tous les autres ressortissants de l'Union européenne, à l'instar de ce qui se fait déjà dans d'autres grands aéroports européens comme Londres-Heathrow.

Dernier obstacle administratif

A condition toutefois que l'administration française accepte de valider le système de reconnaissance faciale, basée sur la photo du passeport. Car pour l'heure, la réglementation française ne reconnaît comme valide que le contrôle des empreintes digitales.

Voir les commentaires

Vie de Mère au travail : la campagne de L'UGICT CGT contre le "plafond de mère"

17 Novembre 2016, 19:44pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Tract l'Open... c'est Space !

9 Novembre 2016, 20:42pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Santé : Obligation de sécurité de résultat et responsabilité de l’employeur en l’absence de formation de prévention du harcèlement

9 Novembre 2016, 06:16am

Publié par Liaisons Sociales Quotidien 2016

Santé : Obligation de sécurité de résultat et responsabilité de l’employeur en l’absence de formation de prévention du harcèlement

Ne peut débouter une salariée de sa demande de dommages-intérêts pour manquement de l’employeur à son obligation de sécurité de résultat, la cour d’appel qui, après avoir relevé les faits de harcèlement moral dont celle-ci avait été victime de la part de son supérieur hiérarchique, puis du responsable de l’agence, n’a pas constaté que l’employeur avait pris toutes les mesures de prévention visées aux articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail et, notamment, qu’il avait mis en œuvre des actions d’information et de formation propres à prévenir la survenance de faits de harcèlement moral.

Depuis un récent revirement de jurisprudence (Cass. soc., 1er juin 2016, nº 14-19.702 FS-PBRI ; v. l’actualité nº 17094 du 3 juin 2016),lorsqu’un salarié est victime de harcèlement moral au travail, l’employeur peut s’exonérer de toute responsabilité à deux conditions :

-   une fois informé des agissements, il doit avoir pris les mesures immédiates pour faire cesser le harcèlement ;

-   avant tout signalement, il doit avoir pris toutes les mesures de prévention prévues par les articles L. 4121-1 (actions de prévention des risques professionnels, d’information et de formation, mise en place d’une organisation et de moyens adaptés) et L. 4121-2 (principes généraux de prévention) du Code du travail.

L’arrêt du 5 octobre applique strictement ces deux nouvelles conditions d’exonération. Comme dans le précédent arrêt du 1er juin 2016, la responsabilité de l’employeur a été retenue faute pour ce dernier d’avoir mis en œuvre des actions d’information et de formation propres à prévenir la survenance d’un harcèlement moral. Il ne suffit donc pas de réagir après-coup en mettant fin aux agissements.

En l’espèce, l’employeur avait pourtant « réagi sans délai » à la dénonciation des faits de harcèlement moral commis par un manager, en le licenciant. Après la dénonciation de nouveaux faits commis sur la même salariée par un autre supérieur hiérarchique, l’employeur avait fait procéder à une enquête interne. Insuffisant, car il aurait également fallu agir, en amont, sur le terrain de la prévention.

 

Liaisons Sociales Quotidien 2016, Le dossier jurisprudence hebdo, n° 188/2016 n°17169 du 18 octobre 2016, Cass. soc., 5 octobre 2016, nº 15-20.140 F-D.

Voir les commentaires