Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Communiqué de presse sur les événements d'ORLY

14 Juillet 2017, 18:20pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

ADP affirme ses ambitions internationales

12 Juillet 2017, 07:08am

Publié par Journal de l’Aviation – 10/07/2017

Aéroports de Paris (ADP) a renforcé sa participation dans TAV Airports, le 7 juillet. Comme annoncé il y a un mois, le groupe français a acquis 8,12 % supplémentaires du capital de son homologue turc et en détient désormais 46,12 %. La transaction est évaluée à 160 M$ (soit environ 140 MEUR). Cette opération s'accompagne du lancement d'ADP International.

 

Pas de surprise donc en ce qui concerne TAV Airports. Les termes de la transaction avaient déjà été définis dans un contrat signé début juin avec le vendeur, Afken Holding. Cette dernière vend la totalité de ses parts à ADP, qui renforce ainsi son statut d'actionnaire de référence. L'acquisition est réalisée via Tank Öwa alpha GmbH, filiale à 100 % d'ADP de droit allemand. Le reste des parts est détenu par Tepe İnşaat Sanayi (8,1 %) et Sera Yapi Endustrisi ve Ticaret (2 %), ainsi que par de l'actionnariat flottant (40,5 %) et non-flottant (3,3 %).

 

Comme prévu, ADP cède en revanche l'ensemble de sa participation dans le groupe TAV Construction, spécialisé dans le BTP. Ses 49 % sont rachetés par Tepe İnşaat Sanayi et Sera Yapi Endustrisi ve Ticaret pour un montant de 9 MEUR.

 

Création d'ADP International

En sus de ce renforcement en Turquie, ADP a décidé d'améliorer ses capacités sur la scène mondiale avec la création d'ADP International. Cette nouvelle entité sera chargée du pilotage de l'ensemble des activités du groupe à l'international : « investissement, opérations aéroportuaires et ingénierie-innovation ». Elle veut ainsi renforcer les synergies entre ses différentes branches, comme le déclare Antonin Beurrier, son nouveau directeur général : « le groupe ADP couvre aujourd'hui l'ensemble des métiers de la chaîne de valeur aéroportuaire. Grâce à cette nouvelle structuration des activités internationales et à des équipes dédiées étoffées, nous pourrons répondre aux besoins des différents marchés, en déployant l'ensemble des expertises du groupe. »

 

ADP International chapeautera ainsi les activités d'ADP Management - filiale responsable des participations dans des sociétés aéroportuaires et de la gestion des aéroports à l'international. Cela représente un total de 26 aéroports dans le monde pour 245 millions de passagers. Les participations acquises dans TAV Airports et Schiphol Group rentreront également dans son périmètre. C'est aussi le cas d'ADP Ingénierie, dédiée à « la conception et de développement des plates-formes aéroportuaires ». Jusque-là filiale à 100 % d'ADP, a été cédée dans son intégralité à ADP International mais restera une entité juridique propre.

 

ADP veut également améliorer sa visibilité à l'étranger avec ADP International, avec une plus forte représentation. Celle-ci va donc ouvrir deux bureaux régionaux. Le premier, basé à New York, s'occupera de la zone Amériques, tandis que le deuxième se situera à Hong-Kong pour toucher la zone Asie. Les équipes à l'international devraient également être renforcées.

 

ADP International est une entité juridique autonome, filiale à 100 % du groupe ADP. Elle sera donc dirigée par Antonin Beurrier en tant que directeur général, tandis qu'Edward Arkwright, directeur général exécutif du groupe, est nommé président du Conseil d'administration. Ils auront la responsabilité de développer cette activité internationale et ainsi trouver de nouveaux relais de croissance pour le groupe.

 

L'enjeu est important, notamment pour les bureaux d'études d'ADP Ingénierie, maintenant que la majeure partie de la vague de grands travaux est achevée à Roissy et en bonne voie à Orly. L'augmentation des effectifs dédiés, alors que la tendance était plutôt à la réduction des coûts et du nombre de salariés du groupe ces dernières années, en est un signe fort.

Voir les commentaires

Aéroports de Paris : +5,3% en juin

12 Juillet 2017, 06:59am

Publié par Air Journal – 12/07/2017

Le trafic de Paris Aéroport est en hausse de 5,3% par rapport au mois de juin 2016 avec 8,9 millions de passagers accueillis, dont 6,11 millions à Paris-Charles de Gaulle (+6,7%) et 2,78 millions à Paris-Orly (+2,2%).

 

Les statistiques mensuelles de trafic publiées le 11 juillet 2017 par le Groupe ADP rappellent l’impact sur la croissance du mois dernier du Ramadan, qui s’est déroulé cette année du 26 mai au 24 juin alors qu’il avait eu lieu du 6 juin au 6 juillet en 2016. Le trafic France est en croissance (+4,2%), tandis que le trafic Europe (hors France) est en progression de 3,9%. Le trafic international (hors Europe) grimpe de +7,6% du fait d’une croissance sur l’ensemble des faisceaux : Amérique du Nord (+10,4%), Moyen-Orient (+8,4%), Asie-Pacifique (+7,9%), Afrique (+5,7%), Amérique Latine (+4,2%) et DOM-COM (+4,1%).

 

Le nombre de passagers en correspondance dans les aéroports parisiens augmente de 7,6% ; le taux de correspondance de Paris Aéroport s’est établi à 22,5%, en hausse de 0,5 point par rapport à juin 2016.

 

Depuis le début de l’année 2017, le trafic de Paris Aéroport est en progression de 5,0% avec un total de 48,5 millions de passagers : 32,93 millions à CDG (+5,2%) et 15,61 millions à Orly (+4,5%). Le nombre de passagers en correspondance progresse de 0,1% au premier semestre ; le taux de correspondance s’établit à 23,0 %, en diminution de 1,2 point.

 

Le trafic de TAV Airports, dont le Groupe ADP détient 46,1% du capital, est en hausse de 9,1% sur le mois de juin 2017 et en hausse de 2,4% depuis le début de l’année (ADP a finalisé le 7 juillet l’acquisition de 8,12% supplémentaires du capital de TAV). Le trafic de l’aéroport de Santiago du Chili, dont le Groupe ADP détient 45% du capital, est en hausse de 7,8% sur le mois de juin 2017 et 9,9% depuis le début de l’année.

 

Voir les commentaires

Aéroports : le patron d’Air France veut des « mesures d’urgence »

11 Juillet 2017, 08:03am

Publié par Les echos – 10 Juillet 2017

« Il y a des mesures urgentes à prendre de la part des pouvoirs publics », estime Jean-Marc Janaillac.

 

Les voyageurs qui pestent en raison de temps d'attente interminables dans les aéroports parisiens ont désormais un soutien de poids : le PDG d' Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac. « Il y a des mesures urgentes à prendre de la part des pouvoirs publics », par exemple « en termes d'acceptation de nouveaux matériels qui permettraient la reconnaissance faciale des personnes, comme ce qui existe à Londres ou à Amsterdam, par exemple », a-t-il déclaré dimanche à Reuters.

Jean-Marc Janaillac, qui a évoqué des temps d'attente « très très importants » - parfois plus d'une heure et demie à Roissy, voire plus de deux heures à Orly - a également appelé à l'affectation d'un « plus grand nombre de fonctionnaires de la police de l'air et des frontières » ainsi que « peut-être, pour certaines destinations, un allégement des [procédures] totalement rigides de consultation ou de vérification des passeports ».

 

Contrôles renforcés

 

Ce problème ne vaut pas pour les seuls aéroports parisiens. Depuis le 7 avril, tous les Etats de l'Union européenne ont l'obligation de procéder à des contrôles renforcés de tous les passagers, y compris les ressortissants de l'UE. Jusqu'à présent, seuls les ressortissants des pays hors UE étaient soumis à un tel traitement. Or, si cette obligation ne change rien pour les grands aéroports français, où les contrôles renforcés sont déjà pratiqués, leur généralisation s'annonçait problématique pour les aéroports régionaux.

Par ailleurs, le PDG d'Air France-KLM a confirmé la poursuite de l'amélioration de l'activité du groupe aérien. « La fréquentation, comme pour toutes les compagnies, est effectivement dynamique en ce moment », a-t-il observé. « Il y a une tendance au deuxième trimestre qui est positive », a-t-il ajouté, alors qu'Air France-KLM doit publier ce lundi les chiffres du trafic de juin.

Voir les commentaires

Aéroports de Paris : La CDC regardera le dossier ADP en cas de privatisation

11 Juillet 2017, 07:56am

Publié par Zonebourse.com – 8 Juillet 2017

La Caisse des dépôts (CDC) étudiera l'opportunité de prendre une participation dans ADP si le gouvernement décidait de céder la participation de l'Etat dans l'opérateur aéroportuaire, a déclaré samedi à Reuters son directeur général.

 

Le nouvel exécutif a affiché son intention de procéder à des cessions de participations non stratégiques dans des entreprises à partir de septembre, afin d'alimenter un fonds destiné à financer l'innovation.

La privatisation partielle ou totale du propriétaire des aéroports parisiens de Roissy et Orly est un des premiers dossiers de "l'Etat actionnaire" que pourraient trancher le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, et le gouvernement, ont dit plusieurs sources à Reuters.

"Paris, s'il est mis en vente, je vais regarder avec intérêt. Cela dépend du TRI (taux de retour sur investissement). On n'a pas le droit d'y aller à perte", a expliqué le directeur général, Pierre-René Lemas, à Reuters, en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

La CDC est devenue en 2016 actionnaire de l'aéroport régional de Lyon Saint-Exupéry dans le cadre d'un consortium avec Vinci et Predica, après des candidatures non fructueuses pour la privatisation de ceux de Toulouse et Nice.

La part de 50,63% de l'Etat au capital d'ADP, gérée par l'Agence des participations de l'Etat (APE), vaut près de sept milliards d'euros au cours actuel.

Il faudrait cependant une loi de privatisation pour autoriser l'Etat à descendre sous le seuil des 50%.

Le produit des cessions doit permettre d'abonder un fonds dédié à l'innovation et doté de 10 milliards d'euros, l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron.

Pierre-René Lemas explique avoir proposé que la banque publique d'investissement BPIfrance, détenue à parts égales par la CDC et l'Etat, assume la gestion de cette enveloppe.

La CDC est par ailleurs prête à accompagner le projet du gouvernement de mobiliser 50 milliards d'euros d'investissement sur un certain nombre de grands secteurs, a-t-il dit.

Interrogé sur le rôle éventuel de la BPI, un porte-parole du ministre de l'Economie et des Finances a dit que les modalités du fonds dédié à l'innovation n'avaient pas encore été arrêtées.

Pierre-René Lemas, ancien secrétaire général de l'Elysée sous la présidence de François Hollande, a été nommé en 2014 à la tête de la CDC.

Agé de 66 ans, il souhaite aller au terme de son mandat en 2019, bien qu'il atteigne l'âge de la retraite au titre du corps préfectoral dont il est issu.

La décision revient au président de la République Emmanuel Macron. L'Elysée n'a pas souhaité faire de commentaire.

Voir les commentaires

Décryptage de la loi travail XXL

7 Juillet 2017, 16:16pm

Publié par La CGT

Voir les commentaires

Orly sous tension !

7 Juillet 2017, 06:55am

Publié par Air journal

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>