Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Au sujet de la Garden Party de l'UO d'ORYS

4 Décembre 2016, 22:07pm

Publié par La CGT d’ADP

Au sujet de la Garden Party de l'UO d'ORYS
Au sujet de la Garden Party de l'UO d'ORYSAu sujet de la Garden Party de l'UO d'ORYS
Au sujet de la Garden Party de l'UO d'ORYSAu sujet de la Garden Party de l'UO d'ORYS

Voir les commentaires

Déclaration des élus CGT à la commission de CDG sur les avancements de 2017

4 Décembre 2016, 22:04pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Le plan CONNECT 2020 d'ADP bat son plein

30 Novembre 2016, 21:32pm

Publié par Air&Cosmos 25/11/2016

Le Groupe aéroportuaire est dans les temps concernant son plan pharaonique de rénovation d’Orly et de Roissy pour lequel 4,6 Mds€, au total, seront investis.

Optimiser le fonctionnement des terminaux de Roissy et d'Orly, et travailler encore et toujours le service aux passagers, tels sont les deux axes principaux du gigantesque plan Connect mis en place par le président du groupe ADP, Augustin de Romanet.

La première grande réalisation de ce vaste chantier multisites est la jetée internationale d'Orly Sud, qui a été inaugurée en avril 2016. Cette extension, qui s'étend sur 12 000 et a nécessité un investissement de 90 M€, peut accueillir jusqu'à six gros-porteurs ou douze moyens-porteurs, selon les besoins. Pour mémoire, elle accueille les compagnies suivantes : Aigle Azur, Air Algérie, Air Caraibes, Corsair, Cubana, Iran Air, Pegasus Airlines, Royal Air Maroc, Rossiya Airhnes, Transavia et Tunisair. Au total, a jetée internationale apporte un trafic supplémentaire de près de 2 millions de passagers. Pour Orly, la prochaine étape est la refonte du processus passagers du terminal sud, mais surtout le très grand chantier de la jonction des terminaux Sud et Orly Ouest. Cette nouvelle phase de chantier, lancée en avril dernier, qui devrait être livrée à partir du printemps 2019, sera la résultante de la construction d'un bâtiment de jonction qui sera réalisée parallèlement à la rénovation du hall B d'Orly Sud. Le nouvel ensemble de jonction s'étendra sur une superficie de 80 000 m2 et nécessitera un investissement total de 382 M€.

A terme, le nouveau bâtiment devrait générer un trafic de 3,5 millions de passagers supplémentaire% et intégrera toutes les fonctionnalités liées aux parcours « départs et arrivées » des passagers : enregistrement, contrôle de sûreté, passage aux frontières (Schengen et international), embarquement et débarquement, correspondance, traitement des bagages, commerces et services. Avec la construction de ce bâtiment de jonction, le groupe ADP souhaite clairement être dans l'optimisation. Actuellement, Orly se compose de deux terminaux et de six salles d'embarquement.

Hausse de 35% des surfaces

Avec la jonction, le nouvel Orly comprendra un seul terminal avec trois salles d'embarquement. Parallèlement, les passagers pourront bénéficier d'un confort général vraiment amélioré, avec une hausse de 35 % des surfaces d'ici à 2019. L'objectif pour le groupe ADP est que le nouveau bâtiment de jonction soit aux mêmes standards de qualité que le hall M du terminal 2E de Roissy-CDG, considéré comme la troisième meilleure salle d'embarquement au monde, d'après le classement 2016 de Skytrax.

Comme la Tour Eiffel

Parallèlement à ces travaux d'optimisation, les accès à l'aéroport seront grandement améliorés avec notamment, dès 2019, une nouvelle zone dédiée aux taxis. A plus longue échéance, dès 2024, une nouvelle gare accueillera la ligne 14, prolongée depuis Paris, et la ligne 18, qui reliera l'aéroport au plateau de Saclay et à Versailles. A l'horizon 2020, le groupe ADP prévoit que le nouvel aéroport d'Orly atteigne une capacité annuelle de 32,5 millions de passagers, dans la limite des 250 000 mouvements par an et du couvre-feu nocturne, contre un peu moins de 30 millions de passagers en 2015 (29,6 millions exactement).

Du côté de Roissy-CI3G, les chantiers, vont aussi bon train. C'est d'abord du côté du traitement de bagages que la situation va beaucoup évoluer. Entre les halls L et M du terminal 2E, l'ensemble du tri de bagages va être automatisé, pour un investissement de 224 M€. Le nouveau système devrait être prêt au troisième trimestre 2018.Au total, ce sont 10 kilomètres de convoyeurs qui vont être mis en place, soit un tonnage d'acier équivalant à celui de la tour Eiffel. Avant d'arriver aux avions, les bagages vont parvenir dans une immense salle, pour l'instant vide, dont la surface au sol équivaut à deux fois celle de la cathédrale Notre-Dame de Paris, et qui sera bientôt équipée de trois étages de convoyeurs pour monter les bagages au niveau des pistes. Pour l'instant, avec la gestion manuelle, la vitesse de traitement est de 3 200 bagages à l'heure. Quand cela sera automatisé, cette vitesse devrait monter à 4 800 bagages à l'heure. Parallèlement, il faut pour l'instant compter une heure actuellement entre le moment où un passager laisse son bagage et celui où ce dernier est chargé dans l'appareil. Le nouveau système devrait permettre de gagner 20 minutes sur ce temps de gestion.

Objectif : 80 millions

A l'horizon 2020, deux autres grands chantiers à Roissy-CDG devraient trouver leur aboutissement. Au terminal 1, la fusion de trois des sept satellites internationaux pour créer un seul bâtiment en arc de cercle, face à l'édifice principal, devrait générer un trafic supplémentaire de 1,2 million de passagers. L'investissement pour ce nouveau bâtiment, qui devrait s'étendre sur une surface de 38 000 m2, devrait se monter à 97 M€. A Roissy-CDG 2, les terminaux 2B et 21) vont aussi faire leur jonction pour optimiser l'espace et les flux des parcours de passagers. Le nouvel ensemble aura une superficie totale de 34 800 m2 et générera un trafic additionnel de 1,1 million de passagers. Il mobilise un investissement total de 195 M€, soit 121 M€ rien que pour la rénovation du terminal 2B et 74 ME pour la finalisation de la jonction entre les deux terminaux. Au total, l'ensemble des travaux dans les terminaux de Roissy devrait permettre de faire passer la capacité de la plateforme entière à près de 80 millions de passagers à l'horizon 2020, contre un trafic d'environ 72 millions de passagers actuellement, soit près de 8 millions de passagers supplémentaires. Un objectif de croissance remarquable dans la mesure où il se fera sans la construction de terminaux supplémentaires.

Faciliter le transit

Au-delà de l'optimisation des espaces, le groupe ADP travaille aussi sur le service au passager. Il vient ainsi d'inaugurer « Instant Paris » , un salon public d'attente, dans des conditions de confort optimales, à destination des passagers en correspondance. Situé dans le hall L du terminal 2E, il s'étend sur une superficie de 4 500 m'. Il comprend de nombreux espaces de repos et de détente, ainsi qu'un espace de restauration rapide « Naked ». Grande nouveauté sur les plateformes parisiennes, il comprend aussi un hôtel de transit (Yotel), comprenant 80 chambres. Les passagers peuvent, au choix, y prendre seulement une douche (15€ pour une heure au maximum) ou une chambre. Les tarifs proposés démarrent à 59 € pour quatre heures ou 99 € pour toute une nuit, en « cabine » premium avec lit double. Des « cabines » familiales sont aussi disponibles, pouvant accueillir quatre personnes au maximum (un lit double et deux lits superposés). Elles sont proposées à partir de 79 E pour quatre heures ou plus. Globalement, le salon public d'attente a nécessité un investissement de 17 M€ et devrait accueillir 2 MO personnes par jour durant la première année.

Raccourcir les queues

Reste le point noir, dont le groupe ADP n'est pas le seul responsable, mais qui est naturellement pointé du doigt par les passagers : le temps d'attente au départ et à l'arrivée, notamment lors du passage des contrôles de police. Pour l'embarquement, le groupe a d'ores et déjà déployé 130 machines de « smartboarding » (lecteurs de code-barres sur cartes d'et l’embarquement) sur 64 portes d'embarquement de Roissy-CDG en 2016. Un système qui permet de « traiter » un passager en 8 secondes et qui pourrait permettre de ramener le temps d'embarquement d'un A380 de 45 minutes à 30 minutes. Par ailleurs, ADP est en train de déployer des bornes de dépose bagages automatiques (DI3A) qui, selon le gestionnaire aéroportuaire, permettent d'enregistrer un bagage en 45 secondes. 91 DBA ont déjà été mises en place à Orly et Roissy et 21 autres sont en commande.

Reconnaissance faciale

Concernant les attentes à l'arrivée, le groupe ADP s'est engagé auprès des passagers à ce que le temps d'attente à l'inspection-filtrage n'excède pas 10 minutes dans 90 % de cas, ce qui est loin d'être le cas lors notamment de l'arrivée simultanée de plusieurs A380 à Roissy-CDG 1. Le groupe, qui reconnaît que des efforts sont encore à faire, précise qu'en 2016,1a performance cumulée a dépassé cet engagement client à Roissy-CDG (96 % et à Orly (95,3%). Pour tenter de résoudre les engorgements aux heures difficiles, ADP a décidé d'accélérer le planning de déploiement des équipements Parafe (passage automatisé rapide aux frontières extérieures) aux contrôles de police, avec la mise en place de nouveaux portiques Parafe II, introduisant la reconnaissance faciale biométrique des passagers

Voir les commentaires

Reconnaissance par l'augmentation générale des salaires et par l'amélioration du système d'avancement

24 Novembre 2016, 19:45pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Avenir des métiers Agents Commerciaux et CCO

24 Novembre 2016, 19:16pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Heure d'information sur la situation de la Direction IMO

23 Novembre 2016, 23:34pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Debout contre les violences faites aux femmes

22 Novembre 2016, 09:47am

Publié par La CGT.fr

Debout contre les violences faites aux femmes

Voir les commentaires