Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

ADP RIP : on ne lâche rien ! 556.000 soutiens

23 Juillet 2019, 10:10am

Publié par La CGT d’ADP

Référendum ADP : 556 000 soutiens, une très légère accélération

Libération – 22/07/2019

Chaque jour, CheckNews publie son compteur des soutiens à la proposition de loi contre la privatisation des aéroports de Paris.

C’est une accélération inédite depuis le début du mois de juillet. Le nombre de soutiens au référendum d’initiative partagée (RIP), visant à affirmer le caractère de service public des aéroports de Paris atteint 556 000, ce lundi 22 juillet. Soit environ 6000 nouvelles signatures depuis hier, d’après les estimations que CheckNews réalise quotidiennement. Il n’y a en effet pas de compteur sur le site officiel du RIP pour suivre la progression des 4 717 396 signatures nécessaires à la proposition de loi.

 

Cette estimation est proche de celle du développeur David Libeau ou de celle du site ADP Rip, qui comptent respectivement 555 000 548 275 soutiens validés et publiés sur le site du RIP. L’écart avec ce dernier chiffre est dû au fait que certains noms manquants, comme ceux n’ayant qu’un seul caractère, n’apparaissent pas sur le site du RIP.

 

Malgré ce sursaut - il faut remonter au 6 juillet pour observer une progression quotidienne supérieure à 6000 signatures - la mobilisation réelle, en bleu dans le graphique ci-dessous, a pris du retard par rapport à l’hypothétique courbe rouge des soutiens nécessaires. Selon cette courbe théorique, le compteur devrait afficher 663 000 soutiens aujourd’hui. Pour la première fois, cette courbe distance de plus de 100 000 celle de la progression réelle des signatures.

 

De son côté, le Conseil constitutionnel communique le chiffre officiel de soutiens validés sur le site du référendum d’initiative partagée, mais seulement une fois par mois. Au total, 480 300 soutiens avaient été enregistrés au 1er juillet 2019, dont 465 900 ont été validés. Soit 20 000 de plus que les différents compteurs existant, à cette date, sans que l’on puisse expliquer pourquoi. Le ministère de l’Intérieur, qui a désactivé une page du site pour empêcher les tiers de compter facilement le nombre de soutiens, a de son côté indiqué n’avoir «aucun autre élément à [nous] fournir».

 

 

Référendum ADP : les anti-privatisation en quête d'un second souffle

Le Point – 22/07/2019

À Lyon, un « pique-nique » citoyen a été organisé pour tenter de redynamiser la mobilisation contre la privatisation d'Aéroports de Paris.

« Ce qu'on fait là, c'est le gouvernement qui devrait le faire ! » Ce vendredi 19 juillet en fin de journée, Fabrice, Gilet jaune, est venu aider à organiser un « pique-nique citoyen » dans le 8e arrondissement de Lyon. À travers cet événement festif, avec barbecue, jeux et musique, des citoyens de tous bords se mobilisent pour sensibiliser les habitants du quartier au référendum d'initiative populaire (RIP) sur la privatisation des Aéroports de Paris (ADP), déplorant le silence de l'État sur le sujet.

 

« Beaucoup de gens ne sont pas informés, regrette Flora, une des organisatrices. Quand on tracte sur des marchés, sept fois sur dix, les gens n'en ont même pas entendu parler, c'est énorme. » Il faut dire que depuis que le site permettant de récolter les 4,7 millions de signatures nécessaires pour que le RIP passe à l'étape supérieure – un examen par l'Assemblée d'une loi « visant à affirmer le caractère de service public national » d'ADP – est en ligne, le gouvernement n'a pas déployé beaucoup d'efforts en communication.

 

Tractage « apolitique »

« Il devrait au moins y avoir des spots d'information sur la télévision publique », estime Olivier*, engagé contre la privatisation. Alors ces citoyens ont décidé de mener eux-mêmes la campagne de communication. « Ça se veut apolitique, on est là pour dire aux gens que le RIP existe et qu'ils peuvent signer, qu'ils soient pour ou contre la privatisation », explique Alice*, jeune militante LFI, qui distribue des tracts à la sortie du tram près de l'événement.

 

Si certains écoutent attentivement les citoyens leur expliquer le fonctionnement du RIP et prennent un tract en promettant d'aller faire un tour sur le site, dans ce quartier populaire, la majorité des passants est difficile à intéresser. Certains ne s'arrêtent pas, repoussent le tract d'un revers de main, font part de leur désintérêt pour la question… « Je m'en fous, je ne vais jamais à Paris », lance une dame pressée d'aller faire ses courses. « C'est aussi pour ça qu'on est ici, dans le quartier des États-Unis, pour toucher une autre classe de la population que celles plus informées », rappelle Flora.

 

Plateforme difficilement utilisable

Partout en France comme à Lyon ce soir-là, les initiatives citoyennes autour du RIP se sont multipliées. Le site Signons.fr permet par exemple de signaler les événements de ce type, et propose également des affiches et tracts. « L'idée, c'est de donner les outils pour que les gens puissent agir au maximum », explique Maxime Senzamici, l'un des quatre cofondateurs. L'équipe d'une vingtaine de bénévoles reçoit aussi de nombreuses questions de gens « qui ont des soucis avec la plateforme ».

 

C'est d'ailleurs l'autre gros point de blocage sur ce RIP : la plateforme en ligne permettant de récolter les signatures est depuis son lancement le 13 juin pointée du doigt comme étant trop complexe. Dans les faits, le formulaire à remplir est très sensible aux majuscules et accents mal placés, aux tirets et aux espaces dans les noms de villes… Et surtout, quand il y a une erreur dans l'une des entrées du formulaire, il ne se valide pas, mais n'indique pas pour autant quel champ doit être corrigé.

 

« Ils ont réussi une prouesse avec ce site : qu'on soit technophile ou technophobe, on n'arrive pas à l'utiliser, tacle Maxime Senzamici. C'est tellement loin de ce qui se fait techniquement sur Internet aujourd'hui que c'est incompréhensible d'avoir un site comme celui-là. » Si le site date de 2015, année où le RIP a été institué, il n'a pas été mis à jour depuis. Alors lorsque les citoyens se mobilisent pour communiquer sur le référendum comme à Lyon, ils en profitent pour installer un ordinateur sur lequel ils peuvent aider les gens à signer en ligne, et être sûrs qu'ils ne se découragent pas devant la complexité du site une fois chez eux.

 

Faille de sécurité

Un manque de communication et un site peu ergonomique qui conduisent certains soutiens du RIP à accuser le gouvernement de mettre des bâtons dans les roues du processus, ou, au mieux, de ne rien faire pour le faciliter. À leur grand regret, il n'y a d'ailleurs aucun compteur en temps réel du nombre de signatures enregistrées.

 

Certains ont alors entrepris de les compter eux-mêmes, comme nos confrères de CheckNews ou le site adprip, fondé par Pierre, développeur indépendant. « Au début, je voulais juste montrer au gouvernement que dès qu'une liste de noms est sur Internet en public, n'importe qui peut aspirer les données, explique-t-il au Point. Nous, on le fait en tant que citoyens pour faire un compteur, mais des entreprises peuvent le faire pour de mauvaises raisons. »

 

Fin juin, le ministère de l'Intérieur a d'ailleurs bloqué une page regroupant toutes les pages de la liste de soutiens et facilitant le comptage – il suffisait de multiplier le nombre de pages par le nombre de noms sur chacune. Il se targue alors d'avoir mis des bâtons dans les roues des compteurs, rappelant que « le législateur a confié au Conseil constitutionnel et à lui seul le décompte des soutiens ».

 

« Mais heureusement qu'ils l'ont bloquée cette page !, s'emporte Pierre. Cette horrible faille n'aurait jamais dû passer sur un site public, c'est lamentable. » Même sans elle, il parvient toujours à compter les signatures sans problème. Ce lundi 22 juillet, il y en avait selon adprip 548 275, soit 11,6 % des 4,7 millions à récolter avant le 12 mars prochain.

* Les prénoms ont été modifiés.

 

 

Préparation Collectif Yerres/ Val de Seine - et Collectif Ivry sur Seine
Préparation Collectif Yerres/ Val de Seine - et Collectif Ivry sur Seine

Préparation Collectif Yerres/ Val de Seine - et Collectif Ivry sur Seine

Commenter cet article