Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Voeu contre la privatisation de l'aéroport d'Orly de l'établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre

24 Mars 2018, 06:39am

Publié par La CGT d’ADP

Voeu contre la privatisation de l'aéroport d'Orly de l'établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre

Un soutien important !

Une nouvelle victoire contre ce projet de privatisation, dont en fait personne ne veut !!!!

Depuis novembre vos élus CGT  participent, provoquent, les divers instances territoriales que sont les communautés d'agglomération, les conseils généraux, la Région, les conseils territoriaux, les associations de riverains, les usagers .

Ils partagent les informations, remontent les attentes et les craintes des salariés, bref, essaient de créer une coalition CONTRE ce projet néfaste pour TOUS  .

Ainsi, un nouvel allié, un soutien important vient lui aussi de voter à l'unanimité un voeu contre la privatisation de l'aéroport d'Orly .

Vœu contre la privatisation de l’aéroport d’Orly

 

Depuis son installation en mai 2017, le gouvernement travaille à un vaste programme de cession de ses participations dans des grandes entreprises. Le groupe Aéroports de Paris (AdP), gestionnaire des aéroports franciliens semble figurer parmi ces entreprises.

Considérant que le capital d’Aéroports de Paris est actuellement détenu à 50,6% par l’Etat et que la mission d’intérêt général assurée par le système aéroportuaire francilien est menacée par le basculement vers un actionnariat privé majoritaire ;

Considérant que l’aéroport d’Orly - aujourd’hui rénové, agrandi, modernisé et demain connecté par le métro à la capitale – constitue un élément structurant du système aéroportuaire de la métropole-capitale ;

Considérant que, fondé sur la complémentarité entre les quatre aéroports de l’aire métropolitaine (Paris-Charles de Gaulle, Orly, Le Bourget et Beauvais), ce système est fondamentalement lié à une vision stratégique dont l’Etat doit continuer d’avoir la maîtrise, et est indispensable au bon fonctionnement et au rayonnement de la métropole comme du territoire national ;

Considérant que les actions menées depuis plus de 20 ans par les départements du Val-de-Marne, de l’Essonne, et les communes du Grand Orly, pour défendre les droits des riverains de l’aéroport et lutter contre les nuisances générées par l’activité aérienne d’une part ;et, d’autre part, pour permettre aux collectivités de bénéficier davantage des retombées économiques et sociales liées à l’activité aéroportuaire ;

Considérant que la maîtrise publique est plus à même de garantir, dans la durée, le maintien du couvre-feu entre 23h30 et 6h et la limitation des mouvements de vol à 250 000 par an et est plus à même de préserver les intérets de tous au vu des enjeux environnementaux sur la plateforme et pour l’ensemble des villes concernées par les nuisances du trafic aérien.

Considérant les menaces qui pourraient résulter d’une éventuelle baisse de la taxe sur les nuisances sonores aériennes (TNSA) qui sert à financer l’insonorisation des logements et bâtiments publics soumis aux nuisances de l’aéroport d’Orly.

Considérant que l’enjeu d’intérêt public que constitue le devenir de l’aéroport, ne saurait être confié au secteur privé notamment au regard d’objectifs tels que  réduire les nuisances subies et prendre davantage en compte la gêne ressentie par la population ; garantir une meilleure connaissance des impacts sur la santé ; assurer la compensation des nuisances subies et la solidarité avec les territoires les plus impactés ; poursuivre le dialogue et la concertation avec les habitants ; assurer plus de transparence des informations ; assurer la sécurité des frontières françaises et garantir l’indépendance des expertises techniques ;

 

LE CONSEIL DE TERRITOIRE

S’oppose au projet de privatisation du groupe Aéroports de Paris.

fend les missions de régulation de l’Etat et la nécessaire stratégie nationale dans le secteur du trafic aérien.

Demande au Gouvernement de transposer dans la loi les acquis réglementaires, couvre-feu entre 23h et 06h et limitation de l’activité d’Orly à 250 000 créneaux par an, pour protéger durablement les populations riveraines des nuisances générées par l’activité aérienne.

Commenter cet article