Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Comment évaluer l’exposition d’un salarié aux vibrations transmises aux membres supérieurs (mains et bras)

13 Décembre 2016, 09:29am

Publié par La CGT d’ADP

Comment évaluer l’exposition d’un salarié aux vibrations transmises aux membres supérieurs (mains et bras) ? L’INRS propose un nouvel outil qui permet d’estimer simplement cette exposition, sans nécessiter de mesures.

OseV main bras permet d’évaluer l’exposition vibratoire d’un opérateur qui utilise jusqu’à quatre machines vibrantes dans la journée. Cet outil, présenté sous format Excel, ne nécessite pas de connaissances particulières de la part de l’utilisateur, ni d’effectuer de mesures. Son utilisation se fait en trois étapes :

ü  Première étape : définir la ou les machines utilisées par l’opérateur lors d’une journée de travail.

ü  Deuxième étape : déterminer les conditions d’utilisation des machines par l’opérateur.

ü  Troisième étape : définir la durée réelle d’exposition de l’opérateur aux vibrations.


L’outil indique l’exposition vibratoire journalière par machine et totale. Il s’agit d’une estimation : les valeurs obtenues reposent sur des campagnes de mesures réalisées sur 120 familles de machines (les plus courantes) et sont données à titre indicatif. Leur objectif est de permettre d’évaluer si l’exposition vibratoire est importante ou pas. Des mesures, réalisées par du personnel compétent, peuvent être nécessaires par la suite pour affiner les résultats et déterminer les mesures appropriées pour réduire l’exposition.

Les vibrations transmises aux membres supérieurs (mains et bras) peuvent, à la longue, entraîner des pathologies des articulations du poignet ou du coude, un syndrome de Raynaud (maladie des doigts blancs ou des doigts morts) ou des troubles neurologiques (moindre sensation du toucher et de la perception du chaud et du froid, diminution de la préhension, perte de la dextérité manuelle). Ces pathologies sont reconnues comme maladies professionnelles depuis les années 80.

 

Prévenir les risques

Le Code du travail (articles R. 4441-1 à R. 4447-1 issus du décret n° 2005-746 du 4 juillet 2005) oblige les employeurs à prévenir le risque vibratoire. Il fixe notamment pour une exposition quotidienne une valeur déclenchant l'action de prévention (2,5 m/s2) et une valeur limite d'exposition (5 m/s2). Il précise en outre les actions à entreprendre en cas de dépassement de ces valeurs. De nombreuses mesures permettent en effet de réduire les vibrations auxquelles sont soumis les opérateurs : amélioration du matériel et de ses conditions d'utilisation, formation des salariés, mise en place d’un suivi médical…

 

Calculette mains-bras : un outil pour évaluer l'exposition des opérateurs

Une calculette permet d’évaluer l’exposition quotidienne aux vibrations A(8) d’un travailleur à partir de la connaissance du niveau de vibration (accélération totale) et de la durée d’exposition. Cette calculette au format Excel est disponible en téléchargement gratuit.

 http://www.inrs.fr/actualites/osev-main-bras.html

Commenter cet article