Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Déclaration des élus CGT du CE sur le CRE 3

30 Juillet 2015, 07:54am

Publié par La CGT d’ADP

Déclaration des élus CGT du CE sur le CRE 3

Le PDG a annoncé le 29 juillet 2015 à la sortie du Conseil d'administration, via un infodif, qu'un accord a été trouvé avec l'Etat sur le prochain Contrat de Régulation Economique 2016/2020 en précisant que le Conseil d'administration d'Aéroports de Paris lui a donné son autorisation pour signer le CRE III dans les prochains jours.

Cohérent avec notre position exprimée en Comité d'Entreprise du 29 juillet (voir déclaration), les élus CGT au Conseil d'Administration ont voté contre ce CRE

Les 3 milliards d'euros d'investissements sont bien entendu un élément important pour l'évolution de nos plateformes mais ces investissements ne profiteront pas à l'emploi et au progrés social pour les salarié(e)s d'Aéroports de Paris, bien au contraire.

Lorsque le PDG écrit dans l'infodif : " Cet accord est exigeant pour Aéroports de Paris par les efforts de productivité qu'il suppose,…" il oublie que les efforts de productivité étaient déjà inscrits dans le CRE sous cette forme :

"La discipline financière à laquelle l'entreprise se soumet volontairement est le gage des efforts qu'elle entend réaliser au service de la compétitivité globale de ses plates-formes. Cette discipline est aussi un élément essentiel de son indépendance et de la préservation de son modèle économique créateur de valeur pour ses actionnaires. En complément d'une politique de stricte limitation des augmentations générales de salaires et d'une hypothèse de non-remplacement d'un départ sur deux, un objectif additionnel d'économies structurelles est fixé à Aéroports de Paris de telle manière que l'entreprise prenne toute sa part de l'effort pour obtenir la juste rémunération des capitaux employés. La totalité de ces efforts conduit à retenir un objectif de baisse du coût par passager entre 2015 et 2020 de 8 %."

Conséquences pour les salariés :

Stricte limitation des augmentations générales de salaires, c’est-à-dire que les augmentations de salaires seront systématiquement inférieures à l'inflation.

Hypothèse d'un non remplacement d'un départ sur deux, soit près de 500 postes de supprimés mais plus si cette hypothèse est relevée.

Et l'objectif additionnel d'économies structurelles comprend des mesures de baisse de la masse salariale en plus des mesures précédentes (remise en cause de primes, avancement, etc.)

Si l'Etat et la direction veulent réussir ce nouveau Contrat de Régulation Economique, ils ne pourront le faire au détriment des salariés.

Il est donc clair qu'une nouvelle bataille doit s'engager afin de garantir de bonnes conditions de travail et le progrès social pour tous les salariés.

Commenter cet article