Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Communiqué de presse de la Fédération Nationale des Syndicats de Transports CGT

6 Décembre 2014, 22:32pm

Publié par La CGT d’ADP

Communiqué de presse de la Fédération Nationale des Syndicats de Transports CGT

Communiqué de presse de la Fédération Nationale des Syndicats de Transports CGT : « Privatisation de l’Aéroport de Toulouse Blagnac »

La place des transports et de leurs infrastructures est l’un des vecteurs de croissance qui contribue au développement économique, industriel et social des territoires.

Les récentes déclarations du Ministre du budget et de la ministre de l’Ecologie sur la possibilité de cession des parts de l’Etat dans un certain nombre d’entreprises dont Aéroports de Paris, nous interrogent sur la responsabilité de l’Etat. Partagés entre ses intérêts en tant qu’actionnaire, son rôle de régulateur et de garant du service public, de promoteur de la compétitivité de l’économie nationale ou encore ses actions pour réduire le chômage, les choix de l’Etat ne sont pas sans conséquence sur le monde du travail, les citoyens et les usagers.

La privatisation de l’Aéroport de Toulouse Blagnac s’inscrit dans le désengagement de l'Etat sur les aéroports français, qui apparait en réalité comme une attaque généralisée contre le secteur public

Le processus de privatisation engagé il y a plus de 10 ans a évolué. En effet, nous sommes passés au début des années 2000, d'un processus en faveur d'une pseudo "décentralisation" à une logique de transfert de propriété de 150 aéroports d'abord vers les collectivités territoriales (commune, Région,…) puis, en 2004, à une première privatisation en 2005, voulue par le gouvernement et l'Assemblée nationale, celle d'Aéroports de Paris.

Depuis, les aéroports parisiens subissent la pression de ses actionnaires dont, l’Etat majoritaire détient 50,6% du capital, elle se traduit par une régression sociale sans précédent imposée aux salariés.

Les orientations concrètes engagées par les gouvernements successifs sont passées d'un développement public d'aménagement du territoire à un transfert de propriété vers les actionnaires dont l'unique objectif est de s'approprier les richesses produites par le travail.

Dès lors, "compétitivité" oblige, pour alimenter les dividendes d'actionnaires nuisibles, les impacts négatifs pour les salariés et la population vont se multiplier:

  • Agression contre le travail (salaires, conditions de travail, les effectifs avec une augmentation massive de la sous-traitance);
  • La remise en cause des missions publiques et de l'aménagement du Territoire ;
  • Et le poids actionnarial sur tout le secteur aéronautique français (Airbus,…) de cette région.

Dans ce contexte, la Fédération des transports CGT s’oppose à cette privatisation, quelles que soient les candidatures (chinoise, ADP, Vinci).

Plus fondamentalement, La CGT refuse ce que le patronat nous propose : une société "low cost" dans tous ses aspects, " Low cost" pour les entreprises, "low cost" pour les salariés, "low cost" pour la population!

A cette logique de désengagement de l’Etat, les choix politiques en faveur de la "métropolisation–régionalisation" portent atteinte à l'organisation territoriale historique de notre pays, au "nom de l'emploi", au détriment de l'unité nationale et de l'aménagement du territoire.

Cette stratégie, soutenue par le capital, vise à accélérer la mise en concurrence des régions, des départements et des communes, mais aussi des salariés, entre eux.

Dans ce cadre, la Fédération des transports CGT, considérant qu'il est encore temps de stopper cette machine infernale, appelle le gouvernement à se ressaisir en annulant ce projet de privatisation et de prendre enfin des décisions qui respectent la population, les salariés, les territoires et ses outils industriels aéronautiques.

Montreuil, le 1er décembre 2014

Commenter cet article