Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  de la CGT d'Aéroports de Paris

Mesurer la charge de travail d’un cadre ?

22 Septembre 2016, 01:10am

Publié par La CGT d’ADP

Mesurer la charge de travail d’un cadre ?

Pour encadrer la « charge de travail » des ouvriers des manufactures, le droit a retenu dès le 30 mars 1900 la durée collective du travail. Mais comment mesurer aujourd’hui celle d’un cadre en forfait-jours toujours connecté ?

A l’instar du passage de la santé physique à la santé mentale des salariés en 2002, celui de la charge physique (les 7,5 tonnes de manutention quotidienne du compte pénibilité) à la charge mentale constitue un bouleversement pour les acteurs concernés (CHSCT, médecin du travail), mal à l’aise avec cette notion peu quantifiable. Car au-delà du trop à la mode « bore-out » (salarié déprimé, car en sous-charge), faire un lien automatique entre charge de travail et burn-out est un peu court. Or, cette notion est omniprésente dans la loi du 8 août 2016.

Avant le 1er octobre 2016, une concertation interprofessionnelle doit s’engager sur « l’évaluation de la charge de travail des salariés en forfait-jours », qui doit être « raisonnable », avec un suivi régulier comme le prescrit la loi (L. 3121-60).

Et avant le 1er décembre, le gouvernement doit remettre un rapport au Parlement « sur l’adaptation juridique des notions de lieu, de charge et de temps de travail liée à l’utilisation des outils numériques ». Vaste question, qui ne peut être résolue à l’ancienne, avec des pointeuses même virtuelles, contredisant le concept même de « cadre autonome ».

Evaluation subjective

Car l’évaluation de la « charge de travail » est subjective. Elle ne peut se limiter à la quantification d’horaires d’un travail, pour les cadres qui gardent souvent une certaine opacité sur leur « emploi du temps ».

Subjective, car au-delà du sens de notre travail et de la reconnaissance des tiers qui changent tout, une charge identique peut être ressentie différemment selon la personnalité de chacun, sa formation, son écosystème personnel et professionnel : marges de manœuvre, soutien attendu des collègues…

Alors que faire ? Unique au monde, le nouveau droit (légal) à la déconnexion veut d’abord envoyer un message : même un cadre en forfait-jours n’est pas tenu de travailler la nuit ou le week-end.

Le respect des temps minimum de repos du droit communautaire (11 heures consécutives) relève de l’ordre public. Reste donc aux entreprises, à l’instar de l’accord Michelin du 15 mars 2016 sur « la maîtrise de la charge de travail des cadres autonomes », à s’occuper d’organisation du travail et à lutter contre les charges déraisonnables. Ou encore, à contrôler les connexions à distance en soirée et le week-end pour les cadres itinérants, avec un « dispositif de vigilance ».

Premier niveau de traitement : le cadre et son manageur. Si aucune solution n’est trouvée, intervient la direction du personnel : dissuasif pour le responsable hiérarchique… lui-même sous pression. Car le harcèlement managérial est une maladie hiérarchiquement contagieuse.

http://abonnes.lemonde.fr/emploi/article/2016/09/12/mesurer-la-charge-de-travail-d-un-cadre_4996199_1698637.html

Voir les commentaires

Easyjet déménage d'Orly sud à Orly ouest et attaque Air France de front

21 Septembre 2016, 06:47am

Publié par La Tribune -

Easyjet déménage d'Orly sud à Orly ouest et attaque Air France de front

La Tribune - 20/09/2016

La compagnie low-cost britannique va transférer son activité à Orly ouest le 18 octobre prochain. Plus approprié à la clientèle professionnelle, ce terminal est celui qui accueille La Navette d'Air France.

C'est fait. Comme La Tribune l'annonçait il y a plus d'un an, Easyjet va transférer ses opérations à Orly du terminal sud au terminal ouest, le fief d'Air France qui accueille notamment La Navette.

Clientèle affaires

Avec la forte croissance de Transavia, Orly sud est devenu très chargé et la compagnie britannique a fait le choix de transférer ses opérations à Orly ouest pour « améliorer le confort et l'accessibilité de son terminal pour les voyageurs affaires », dit-elle dans un communiqué. Les premiers vols d'Easyjet à Orly ouest sont prévus le 18 octobre.

«Orly Ouest est considéré comme une plateforme majeure pour la clientèle business . Le changement de terminal est le symbole du développement de la force de frappe de notre compagnie» a déclaré Sébastien Calmejane, le directeur des ventes d'Easyjet en France.

Easyjet sera installée dans les halls 3 et 4 d'Orly ouest et pourra proposer à ses passagers un temps de parcours très rapide entre l'enregistrement (pour ceux qui ne le font pas à domicile) et l'embarquement. En effet, les postes d'inspection filtrage sont juste derrière les comptoirs d'enregistrement. Certaines portes sont juste derrière également. Pour se rendre vers les portes des vols en direction d'une destination de la zone Shenghen, ADP a fait communiquer ces accès par la mezzanine qui se trouve à cet endroit. Un outil de dépose bagage est à l'étude.

Avec un peu moins de 3 millions de passagers annuels, Easyjet est la troisième compagnie à Orly derrière Air France et Transavia. Selon elle, 25% de sa clientèle à Orly est constituée de voyageurs professionnels. Easyjet dispose des contrats avec 65% des entreprises du CAC40.

"Je veux rester à Orly ouest"

Pour Air France, l'arrivée d'un tel concurrent est forcément une mauvaise nouvelle. Depuis le départ contraint d'AOM en 1996 du terminal ouest (celui d'Air Inter Europe -groupe Air France), Air France règne en maître dans ce terminal. Seules des compagnies «inoffensives» s'y sont installées depuis.

Pour rappel, le transfert d'AOM avait fait grand bruit. Pour dénoncer une décision qu'elle estimait discriminante par rapport à Air France, AOM avait peint sur le fuselage de ses MD-80, un énorme « Je veux rester à Orly ouest ». Surtout, considérant ce déménagement vers un terminal inadapté à la clientèle affaires, la compagnie dirigée par Marc Rochet avait déposé plainte contre Aéroports de Paris (ADP).

Voir les commentaires

La responsabilité de l'employeur en matière de burn - out

21 Septembre 2016, 01:07am

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

La place de l'encadrement à la CGT

20 Septembre 2016, 14:46pm

Publié par La CGT d’ADP

La place de l'encadrement à la CGT

La CGT est le syndicat de tous, mais savez vous que 82 000 ingénieurs, cadres et techniciens sont syndiqués à la CGT via l’Ugict, 2ème organisation syndicale dans l’encadrement ?
L'Ugict, les syndicats mais également les Unions Départementales impulsent , développent des actions revendicatives spécifiques à cette population (ex : les forfaits, le droit à la déconnexion .....).
Aujourd'hui ,c'est la commission départementale de l'UGICT du 94 .

L'ordre du jour est chargé, il faut dire que les dossiers de cette rentrée sont lourds et graves, loi travail, répression syndicale, temps de travail; représentativité, renégociation des forfaits , pressions sur les encadrants , burn out ....

Ces moments de partage d'expériences avec les élus des autres entreprises permettent de mieux appréhender et comprendre les problématiques .

On ne peut détenir la vérité en restant uniquement sur son entreprise, un élu responsable se doit de travailler sur un périmètre beaucoup plus important pour avoir un avis éclairé . Il doit être formé et informé pour négocier au mieux dans l'interêt des salariés.

La renégociation des forfaits est un exemple : Comment cela se passe t il ailleurs ? Quels sont les conséquences sur la rémunération et l'organisation du travail ?

La place de l'encadrement à la CGT

Voir les commentaires

Loi travail : calendrier des textes manquants

19 Septembre 2016, 23:06pm

Publié par La CGT d’ADP

Loi travail : calendrier des textes manquants

On en sait plus sur les dates de publication des décrets d’application de la loi travail. 137 textes (décrets ou observations) sont encore attendus. Presque tous doivent être publiés d’ici la fin de l’année, dont 86 sur le seul mois d’octobre qui s’annonce donc particulièrement chargé. Une feuille de route qui sera difficile à tenir pour le Gouvernement… Quels sont les principaux textes attendus ?

Loi travail : un échéancier indicatif

Depuis plusieurs années déjà, quand une loi nécessite l’adoption de textes d’application, le Gouvernement communique un échéancier de la publication envisagée de ces textes. Cela a par exemple était le cas avec la loi de sécurisation de l’emploi de 2013, la réforme de la formation professionnelle du 5 mars 2014 ou plus récemment avec les lois Macron et Rebsamen.

Il ne s’agit toutefois que d’un calendrier indicatif. Bien souvent les dates annoncées ne sont pas respectées.

Il arrive même que certains textes annoncés ne soient au final jamais publiés.

Certains décrets prévus par l’échéancier de la loi Rebsamen n’ont pas été publiés et ne le seront au final jamais car la loi travail a modifié les règles. Tel est le cas pour :

· le décret attendu sur les salariés concernés par la surveillance médicale renforcée (celle-ci disparaissant avec la loi travail) ;

· le décret attendu sur les règles de révision ou dénonciation des accords d'entreprise ou d'établissement conclus par les représentants élus du personnel ou un salarié mandaté à cet effet (la loi travail fixe de nouvelles règles en la matière : voir notre article « Loi travail : révision ou dénonciation des accords collectifs »).

L’échéancier de la loi travail est pour le moins ambitieux car la quasi-totalité des textes est annoncée avant la fin de l’année (à l’exception de certains textes annoncés pour janvier 2017 ou en 2019 et qui concernent des mesures entrant en vigueur en septembre 2017 ou en 2019).

Loi travail : les décrets attendus

Parmi les principaux textes d’application attendus, figure notamment celui qui va acter la suppression de la visite médicale d’embauche et son remplacement par une simple visite d’information. L’échéancier prévoit ainsi une publication courant octobre 2016 du décret qui fixera le délai dans lequel la visite d’information et de prévention devra avoir lieu après l’embauche. Un autre décret prévu lui pour le mois de novembre devrait adapter les règles de cette visite pour les salariés temporaires et ceux en CDD. Sachant que normalement, c’est au 1er janvier 2017 au plus tard que la visite médicale d’embauche doit disparaitre.

De nombreux textes sont également attendus en octobre en matière de durée du travail, sur les repos et les congés tels que :

· les conditions de dérogation aux durées maximales du travail ;

· le contingent annuel d’heures supplémentaires et la contrepartie en repos ;

· les dérogations au repos quotidien ;

  • le début de la période de référence pour l’acquisition des congés.

On ignore si ces textes seront assez proches des dispositions réglementaires existantes jusqu’alors et consisteront plus en une renumérotation d’articles ou si de véritables modifications de fond seront introduites.

Voir les commentaires

Loi travail et les procédures d'inaptitude

19 Septembre 2016, 09:03am

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

Tous sous surveillance ?

18 Septembre 2016, 12:42pm

Publié par La CGT d’ADP

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>